Ma France 2022 : participez à la grande consultation citoyenne et proposez vos idées

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Couvreur

À l'occasion de la présidentielle et des élections législatives de 2022, France 3 rejoint France Bleu et sa grande consultation citoyenne baptisée Ma France 2022. Cet espace d'expression imaginé en partenariat avec make.org vous permet de formuler vos propositions et/ou voter pour celles des autres et de faire entendre votre voix dans le débat citoyen.

Ma France 2022, c’est une consultation citoyenne qui permet à chacun de contribuer à un débat d’idées apaisé. Objectif : relayer la voix de tous les territoires et faire émerger des solutions citoyennes, concrètes et durables.

Renouer le dialogue, tisser des liens, identifier et se retrouver autour de problématiques communes, avoir une place – et être actif- dans le débat citoyen… Faire en sorte que les Français parlent aux Français… Que les politiques les entendent, les écoutent et qu’ils agissent. Rapprocher "Paris" des « provinces » et les décisions des "pensants" de la capitale aux véritables préoccupations des Français du territoire. DES territoireS, plutôt. La France est si multiple et singulière dans ses diversités.

Bref, tout simplement, chacun ici peut dire ce qui ne va pas, ce qu’il faut changer, comment envisager l’avenir, ensemble, directement et de manière participative. Proposer des solutions pour un agenda citoyen. Un projet co-construit, pour toutes et tous.

Permettre de formuler ses propositions et/ou voter pour celles des autres, c’est l’objectif de la grande consultation citoyenne initiée par France Bleu, à l'occasion de la Présidentielle et des élections législatives de 2022. Une consultation à laquelle il était tout naturel à France Télévisions de s’associer, via le réseau régional de France 3. 

Ensemble, le service public de la proximité est à l’écoute. La consultation “Ma France 2022” nous permet d’assurer notre rôle de lien social et de porter la parole citoyenne en offrant un espace d’expression facilement accessible à tous.

Jacques Paté, Délégué à la coordination des antennes régionales France 3

"En portant un agenda citoyen devant tous les candidats pour les interpeller directement, nous traduisons la force de nos réseaux régionaux en donnant à voir la réalité des femmes et des hommes de nos territoires.", explique Jacques Paté, Délégué à la coordination des antennes régionales de France 3. C’est pourquoi, d’ici aux prochaines élections, présidentielle et législatives, vous retrouverez en bas de chacun des articles des sites de France 3 régions, le formulaire Make.org pour participer, si vous le souhaitez, à cette grande consultation démocratique.

Lancée à la fin de l'été et donc à mi-parcours alors que nous écrivons ces lignes, la consultation a déjà recueilli 1.450.000 votes auprès de quelques 185.000 participants. Les thématiques les plus plébiscitées jusqu'à présent : la démocratie et les institutions, le pouvoir d’achat et les aides sociales, l’éducation, les entreprises et l’emploi, la justice, la santé ou encore la fiscalité…

Quelques-unes des propositions les plus populaires

  • Il faut que les produits agricoles entrant en France respectent les mêmes règles sanitaires que celles demandées à nos agriculteurs. (Paul, 62 ans)
  • Il faut des lieux de vie et des aides humaines accessibles financièrement à toutes les personnes âgées ayant cotisé en France. (Marina, 40 ans)
  • Il faut améliorer clairement la médecine de proximité pour désengorger les urgences pour de vraies urgences. (Jonathan)
  • Il faut revoir l’apprentissage en primaire pour que chacun arrive avec les bases de français et maths en 6ème. (Anjie)
  • Il faut plafonner les rémunérations des politiques (élus, ministres,…) et interdire le pantouflage. (Anthony)
  • Il faut que la France relocalise les produits essentiels à sa vie (exemple : médicaments, outils...). (Théo, 15 ans)

Les candidats à la Présidentielle interpellés sur vos propositions

Cette consultation, relayée par toutes les stations et antennes de France Bleu et France 3 en régions, mais aussi à l’échelle nationale, est l’occasion d'interpeller les candidats en votre nom à partir des propositions les plus plébiscitées. À travers nos reportages, nos débats, nos émissions sur l’ensemble de nos antennes, vos propositions viendront nourrir notre offre éditoriale.

Une consultation citoyenne qui répond à vos attentes

La crise des gilets jaunes n’est pas si loin avec son sentiment de ne pas être écouté, de ne pas avoir sa parole relayée et portée dans le flux médiatique. Une pandémie plus tard, le malaise est toujours perceptible. Les mobilisations des antivax et anti-passe-sanitaire l’ont démontré dernièrement…

Alors certes il y a ce lien particulier entre France 3 (pourtant pas épargnée) et les habitants des territoires : nous sommes un des médias d’information dans lesquels les Français ont le plus confiance. Jacques Paté l'explique facilement " parce qu’on est en proximité, on vit au plus près des habitants au cœur des territoires, de fait nous connaissons leurs préoccupations. Nous racontons leurs histoires sur le terrain et nous nous efforçons tous les jours dans nos éditions d’information, nos programmes, auprès de tous nos publics, de comprendre et faire comprendre les problématiques qui traversent la société."

Les Français méfiants vis-à-vis des médias

Dans l’émission Votre télé et vous du 27 octobre 2021, le médiateur de France Télévisions Jérôme Cathala s’est penché, avec ses invités, sur la question "Comment répondre à la défiance d'une partie du public envers les médias ?"  Éléments de réponse : il faut plus de reportages et de sujets de fond selon François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest France. Mais aussi plus de journalisme de solutions selon la journaliste indépendante et spécialiste Sophie Roland (membre du réseau Solutions Journalism Network), le directeur de l’information de France Télévisions Laurent Guimier et Adrien Broche (Institut ViaVoice).

Il y a des gens en France, nombreux, qui se sentent méprisés, qui ont le sentiment qu’on ne les entend pas, que les politiques ne les entendent pas et que les médias les ignorent.  "Nous avons, nous médias, une responsabilité pour que tous ces citoyens, qui ont ce sentiment qu’on ne les entend pas, puissent s’exprimer. C’est notre rôle ! La confiance ça se mérite, et ça mérite comme ça" rappelle François-Xavier Lefranc. Comprendre ce qu’il se passe. Entendre les choses. Ne jamais accepter la violence mais entendre les critiques, elles sont utiles.

Entendre les critiques, ça veut dire écouter, lire, dialoguer dans la mesure du possible, discuter avec les téléspectateurs.

Laurent Guimier, directeur de l'information de France Télévisions

C’est aussi se rendre compte qu’on est à un moment de l’histoire des médias et de l’histoire de France où la confusion entre les faits et les opinions attaque toutes les disciplines.

Plus de journalisme face aux fake news et du journalisme de solution

Alors qu’il y a de plus en plus de rumeurs ou de fausses informations sur Internet et les réseaux sociaux, les Français sont demandeurs de plus de journalisme. "On a une confiance réaffirmée dans le journalisme en tant qu’institution, puisqu’il est jugé indispensable à la société" analyse Adrien Broche, consultant pour l’Institut ViaVoice, qui a dressé un baromètre pour les Assises internationales du journalisme de Tours.

Il ressort du débat qu'il faut plus de journalisme, plus d’enquêtes, plus de reportages. Moins de journalisme facile et davantage de fond.

Il faut aussi proposer plus de journalisme de solution. Face aux enjeux climatiques par exemple, parmi nos grandes préoccupations, et pour les expliquer, il faut une meilleure compréhension des sujets, une meilleure formation aussi… et être capable d’enquêter sur les solutions possibles. "L’idée c’est d’apporter des réponses à un problème auquel on est confronté. Ne pas être dans le béni-oui oui. Cette solution, il faut la décrypter, l’investiguer, la questionner… ça veut dire : Comment elle fonctionne ? Est-ce qu’elle a des preuves d’efficacité ? Est-elle réplicable ? Et surtout quelles sont ses limites ? On est très “focusé” problème, il faut être “focusé” solution", explique Sophie Roland. Un principe qui peut/doit s’appliquer bien au-delà des questions sur le climat, mais sur l’ensemble des problématiques de notre société.

En fait, garder ses distances en menant ses enquêtes, se questionner, chercher et traiter l’information avec rigueur tout simplement. Et aller chercher les bonnes personnes –sur tous les territoires- pour témoigner de la bonne information. Parce que les lecteurs, les téléspectateurs, parce que VOUS êtes exigeant. Et c’est bien normal. Nous le sommes aussi. Nous vous le devons.