SNSM. Après les actes de vandalisme, une cagnotte ouverte pour aider les sauveteurs

En début de semaine, trois stations SNSM ont été vandalisées par des inconnus dans la Manche. Effractions, canots et véhicules détériorés, les bénévoles ne comprennent pas. Une enquête de la gendarmerie est ouverte, tout comme une cagnotte pour aider les sauveteurs.

L'alerte a été donnée, ce lundi 25 septembre 2023, par des promeneurs, étonnés de trouver le canot de sauvetage et le 4x4 de la SNSM, enlisé dans la baie du Mont-Saint-Michel (50). Du matériel, habituellement stationné dans le hangar de la Société nationale de sauvetage en mer de Genêts, situé à quelques dizaines de mètres, dans la dune. 

Le véhicule et le canot ont été sortis du hangar dans la nuit de lundi à mardi. Les vandales sont passés par le toit du bâtiment, endommageant au passage du matériel. 

Pour les secouristes bénévoles, c'est l'incompréhension totale. Le local avait déjà été l'objet d'une tentative d'effraction en janvier 2023. La SNSM de Genêts avait dû sortir 1 500 euros de sa poche pour réparer les dégâts. 

On a la chance de ne pas avoir beaucoup de dégâts par rapport aux deux autres stations, on reste disponible pour intervenir.

Emmanuel Pichard, Président de la station SNSM de Genêts

durée de la vidéo : 00h00mn19s
Emmanuel Pichard, Président de la station SNSM de Genêts choqué par le vandalisme de son local. ©Francetélévisions

Plusieurs stations de la SNSM vandalisées 

Outre celle de Genêts (50), deux autres stations des Sauveteurs en Mer, à Jullouville et Hauteville-sur-Mer (50), ont été victimes de faits similaires, dans la nuit du 25 au 26 septembre.

À Jullouville (50), les intrus ont également déplacé le canot semi-rigide SNS 734 "Julloups" sur la plage. Ils n'ont pas hésité à sortir le tracteur pour amener l'embarcation sur le sable, avec sans doute l'intention de le mettre à l'eau. Le canot qui est resté plusieurs heures sur la plage est inutilisable pour plusieurs mois. La marée montante a sérieusement abîmé l'électricité, l'hydraulique et l'embrayage.

Abîmer leur outil de travail, qui permet de sauver des vies, c'est choquant vis-à-vis des bénévoles.

Alain Brière, maire de Jullouville

Une cagnotte ouverte pour réparer le matériel endommagé

Trois plaintes ont été déposées par la SNSM. Une enquête a été ouverte pour retrouver les auteurs de ces actes de vandalisme. Parallèlement, une cagnotte a été mise en ligne par les sauveteurs de la Manche. Il s'agit de récolter des fonds pour réparer les dégâts causés par les vandales. 

"Les bénévoles apportent un soin tout particulier au maintien de leurs moyens opérationnels et doivent trouver les ressources nécessaires à leur financement. Certaines dégradations vont empêcher l’activité bénévole de nos sauveteurs". L'objectif est d'arriver à récupérer 30 000 euros en trois mois. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité