La famille de Sulivan réclame l'incarcération de la policière

Le frère et la sœur de Sulivan Sauvey, tué lors d'un contrôle de police dimanche 9 juin, réclament le placement en détention provisoire de la policière à l'origine du tir mortel. Ils organisent un rassemblement devant le tribunal de Cherbourg samedi pour se faire entendre.

Au lendemain de la marche blanche organisée en hommage au jeune homme de 19 ans, son frère et sa sœur ont demandé sur Instragram le placement en détention de la policière qui a tiré mortellement sur leur frère, dimanche 9 juin à Cherbourg (Manche).

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Assa Traore (@assa.traore_)

"Elle va faire sa vie quand même, ce n'est pas strict"

La policière a été mise en examen pour homicide volontaire et placée sous contrôle judiciaire strict par le juge des libertés et de la détention, à l'issue de sa garde à vue, mardi. Une décision que dénonce la sœur de Sulivan Sauvay, invitée par Assa Traoré à s'exprimer en direct sur le réseau social : "Si c'était arrivé à quelqu’un d'autre et qu'elle n'était pas policière, elle serait restée enfermée. Elle va faire sa vie quand même, ce n'est pas strict".

Elle n'a rien à faire chez elle. Nous, on a perdu notre frère. 

Le frère de la victime

Ils demandent au procureur de la République de Coutances, Gauthier Poupeau,de faire appel de la décision du juge des libertés et de la détention sous 10 jours, avant qu'elle ne devienne définitive.

Pour Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille de Sulivan, laisser la fonctionnaire de police en liberté sous contrôle judiciaire représenterait "un scandale judiciaire" : "100% des personnes qui viennent de commettre un crime vont en prison, au moins les premiers jours de l'enquête". 

L'avocat se prépare également à faire une demande de dépaysement auprès du parquet général de Caen, au cas où le procureur déclinerait leur demande."Nous estimerons alors que la justice locale n'a pas suffisamment de recul pour prendre cette décision. Nous pouvons imaginer que la juge des libertés connaissait bien la policière par exemple", explique Me Bouzrou, qui défend aussi les familles d'Adama Traoré et de Nahel. 

"C'est le combat de notre vie"

Pour se faire entendre, la famille de Sulivan organise un rassemblement devant le tribunal judiciaire de Cherbourg, samedi 15 juin à 15h. Ils réclament que "la policière soit déférée devant un juge d'instruction". Une cagnotte en ligne a également été ouverte pour les soutenir.

Son frère, sa sœur et Assa Traoré − la sœur d'Adama Traoré, mort en juillet 2016 à la suite de son interpellation par la police qui milite contre les violences policières - ont appelé ensemble pendant le live à "ce que "l'impunité policière cesse". "Nous allons nous battre pour Sulivan, notre mère et toutes les autres victimes", ajoute son frère. Ça va devenir le combat de notre vie".

Les gens savent que nous sommes une famille sans histoire et que Sulivan n'aurait jamais rien fait. C'était une grosse erreur.

La sœur de la victime

Dans le quartier des Provinces à Cherbourg, où résidaient Sulivan et sa mère, 600 personnes ont défilé mercredi en l'hommage du jeune homme."Tout le quartier a été solidaire avec nous et ça nous a fait beaucoup de bien. On a reçu aussi beaucoup d'appels et de messages de soutiens", ajoute Mehdi.

Sulivan était le cadet d'une fratrie de quatre enfants. "C'était quelqu'un de gentil, à l'écoute et respectueux. Il a obtenu son premier CDI juste après son Bac, c'était un jeune qui avait de l'ambition", raconte son frère, ému. Il voulait qu'on parte en vacances ensemble... Qu'est-ce que je vais faire sans lui maintenant ?"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité