Le combustible nucléaire MOX en partance pour le Japon est toujours dans la Manche

Suite à un problème technique, l'un des deux emballages de combustible nucléaire MOX qui devaient partir hier de Cherbourg pour le Japon a dû être redirigé tôt ce jeudi 8 septembre 2022 vers le site de la Hague. En cause, une panne du portique de levage.

Deux emballages de combustible nucléaire MOX devaient partir ce mercredi 7 septembre 2022 du port de Cherbourg pour rejoindre le Japon mais un problème technique a empêché ce départ. En cause un portique de levage, appartenant à l'entreprise Orano. Le groupe a annoncé, dans un communiqué, ne pas pouvoir réparer à court terme et a donc décidé d'organiser le retour d'un des deux emballages MOX vers le site de La Hague.

Le MOX (Mélange d’OXyde de plutonium et d’OXyde d’uranium) permet de recycler une partie des matières nucléaires issues du traitement des combustibles à Uranium Naturel Enrichi (UNE) à l’issue de leur utilisation dans les réacteurs électronucléaires.

Un premier emballage MOX déjà en mer

Un premier emballage a pu être chargé mercredi 7 septembre 2022 sur le navire spécialisé Pacific Egret, prévu pour le transport jusqu'au Japon. Selon le groupe Orano, ce navire a rejoint une zone d'attente en haute mer avec l'emballage MOX déjà chargé. Des forces armées de police britannique se trouvent également à bord du navire. Le Pacific Egret appartient à la compagnie britannique PNTL (Pacific Nuclear Transport Limited)

Le deuxième emballage MOX est retourné sur le site de La Hague

L'emballage MOX qui n'a pas pu être chargé sur le bateau a du être redirigé vers le site de La Hague. Il est arrivé à l'usine de retraitement des combustibles usagés des centrales électronucléaires aux alentours d'1h du matin, ce jeudi 8 septembre 2022. D'après la communication du groupe Orano, il y est entreposé en toute sûreté, dans une zone dédiée.

Un retour sur site qui pose problème pour les anti-nucléaires

L'usine de La Hague est située à 20 km du port de Cherbourg. Mais, selon Greenpeace, le convoi MOX emprunte une route plus longue, de 40 Km. Les emballages MOX sont très radioactifs car ils contiennent du plutonium. Les deux emballages avaient déjà fait la route de La Hague à Cherbourg dans la nuit de mardi à mercredi. 

C'est hallucinant ! Un bateau chargé de MOX va aller faire des ronds dans l'eau pendant qu'ils font un aller-retour avec un conteneur de MOX sur les 40 km !

Yannick Rousselet, Greenpeace France

AFP

Selon le groupe Greenpeace, cet "aller-retour" de MOX entre La Hague et Cherbourg est "une première". Pour Yannick Rousselet cela signifie mobiliser à nouveau le système de sécurité "énorme" qui encadre ce transport et faire "prendre des risques considérables à la population".

Le groupe Orano, lui, se veut rassurant quant à la sécurité. 

Des équipes mobilisées pour réparer le portique et organiser le transport du MOX dans les meilleurs délais

Dès que le portique sera réparé, l'acheminement des deux combustibles jusqu'au Japon pourra se faire.

Les équipes Orano NPS sont mobilisées pour organiser un nouveau transport maritime vers le Japon dans les meilleurs délais.

Groupe Orano

Interrogé, le groupe Orano n'a pu préciser si ce report était une question de jours, de semaines ou de mois, pour des raisons de sécurité. Le navire chargé du transport de ces deux combustibles MOX restera donc dans sa zone d'attente, en haute mer, avec le bateau chargé de sa protection, pour une durée indéterminée.