• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Devenir jockey, un rêve semé d'obstacles

Courses Hippiques : Quand 4 jeunes apprentis jockeys rêvent de gloire / © Gédéon Programmes
Courses Hippiques : Quand 4 jeunes apprentis jockeys rêvent de gloire / © Gédéon Programmes

Leur rêve est de devenir les stars des courses hippiques et du tiercé (gagnant). Après 50 victoires, les apprentis jockeys deviendront professionnels. La route sera longue...
 

Par Charlotte Gueret-laferté et Fabienne Bahin

Etre numéro 1, c'est le rêve de tout le monde. Faut que je travaille pour avoir les qualités d'être numéro 1 !
Théo, apprenti jockey


...Il faut qu'ils rentrent assez vite dans le moule, ils sont là pour apprendre un métier. La route est très longue. Certains deviendront jockeys, 10% seulement de nos étudiants, pour les autres ce sera plus difficile...
Pierre BRUNEAU, professeur d'écurie de l'AFASEC


Dans "Rêves de gloire", nous suivons quatre jeunes passionnés d’équitation. Faustine, Rémy, Axelle et Théo, avec leurs craintes, leurs espoirs et leurs rêves… Ils sont en formation à L’AFASEC (Association de Formation et d’Action Sociale des Ecuries de Courses), centre d’apprentissage des futurs lads, cavaliers d’entrainement, drivers et jockeys situé à Graignes, dans la Manche.
 

Le tournage du documentaire "Rêves de gloire" s'est déroulé à Graignes, dans la Manche, à 20 km du pôle hippique de St-Lô

 

Courses hippiques : univers impitoyable

Si l’on veut exercer un métier autour du cheval, il ne faut pas compter ses heures, ne pas manquer de courage et pouvoir supporter la pression. On doit sans cesse travailler pour être le meilleur et viser l’excellence, et ne rien lâcher, sinon on ne perce pas. Mais c’est avant tout une vraie passion.

Faustine, Rémy, Axelle, Théo, et bien d’autres jeunes rêvent de devenir jockeys, mais peu d’entre eux y arriveront. Les autres auront appris le métier de lad, garçon d’écurie chargé de l'entretien et du soin des chevaux de courses.

Faustine, apprentie jockey fait du sulky (voiture hippomobile d'origine américaine, à deux roues, avec un seul siège).
© Gedeon Programmes
© Gedeon Programmes


Les différents métiers des courses hippiques :

♦ Le plus connu, c’est le le jockey ou driver.
Celui qui monte (ou drive) un cheval qui lui est confié par ses propriétaires. Le but : l’emmener à la victoire sur les champs de courses. 
Le jockey monte le cheval (galopeur ou trotteur)
Le driver conduit le sulky (trotteur attelé). 

♦ Cavalier d’entraînement, et lad-driver.
Ils travaillent dans les écuries de galop et le lad-driver dans les écuries de trot.
Ils forment et entraînent quotidiennement les chevaux sous la responsabilité de l’entraîneur.

L'échappée folle d'une jument qui quitte la piste sans son driver à l'hippodrome de Vire en septembre dernier


♦ L’entraîneur travaille des chevaux pour le compte des propriétaires. 
Il est responsable de la progression des chevaux et organise donc, le travail quotidien des cavaliers d’entraînement. 

♦  Le garçon de voyage veille au bien-être des chevaux lors des déplacements ou sur les champs de courses.

♦ Le premier garçon assure la mise en œuvre des programmes d’entraînement.
Il est le responsable des équipes de palefreniers et cavaliers d’entraînement.
 

Le salaire moyen d’un jockey est à peine plus haut que le SMIC, auquel s'ajoute un pourcentage du prix pour les gagnants : 5% pour le trot, 10% pour le plat et 9% pour l’obstacle, (source cidj.com). L'entraineur bénéficie d'une allocation de 15% du prix pour les vainqueurs des courses de trot, et le reste va au propriétaire. Ce sont donc les jockeys qui gagnent le moins d'allocations. Selon "le guide des propriétaires", dans les courses de plat, France Galop verse une prime aux propriétaire pour les partants se classant de la 1ère à la 5ème place. Il n'y a pas de prime pour les propriétaires dans les courses à osbtacles. France Galop verse également une prime aux éleveurs de chevaux de plat et d'obstacle pour les partants se classant de la 1ère à la 5ème place.
 

 Courses hippiques : Quand quatre jeunes apprentis jockeys rêvent de gloire
Courses hippiques : Une formation à l'AFASEC à Graignes, en Normandie

Jockey, un rêve d’adolescent mais un chemin semé d'embûches

Les adolescents rêvent de devenir jockey, driver et ont des rêves plein la tête ! Ils idolâtrent Jean-Michel Bazire, driver, jockey et entraineur qui compte plus de 6000 victoires à son actif, dont trois grands prix d’Amérique, la plus grande course de trot au monde. C'est vraiment la star des hippodromes.

Jean-Michel Bazire, c'est le crack de tous les temps ! C'est le meilleur.
Rémy, apprenti jockey

Ça me ferait plaisir d'avoir un beau palmarès comme ça, c'est sûr !
Axelle, apprentie jockey

Mais être jockey n’est pas tout beau, tout rose. Pour les jockeys, les gâteaux sont bannis ! Le poids moyen d’un jockey (avec son matériel) est très réglementé : 47 à 55k en moyenne. Ils doivent avoir une hygiène de vie irréprochable, et constamment surveiller leur poids pour pouvoir exercer leur métier. Les jockeys doivent mesurer moins d'1m55 pour les épreuves de plat, et entre 1,60m et 1,70m pour les courses d'obstacle. (Source : orientation.com)

L'école à Graignes l'a beaucoup changée en maturité, elle s'est bien épanouïe, je dirais qu'elle est courageuse, parce qu'à son âge faire ça, franchement, il faut être courageux. Je l'admire, je lui tire mon chapeau.
Christelle DELATTRE, maman de Faustine, apprentie jockey
 

Courses hippiques : Quand quatre jeunes apprentis rêvent de devenir des jockeys

Courses hippiques : La victoire de Rémy, apprenti jockey, à l'hippodrome de Vire

Avec ses 115 000 équidés et ses 42 000 licenciés, la Normandie est la terre du cheval par excellence.

La région a vu naître les grands champions de courses hippiques. Ourasi est né au haras de Saint-Georges, à Saint-Etienne-l’Allier, dans l’Eure. Le trotteur français a remporté quatre fois le Prix d’Amérique. Il a été élu meilleur trotteur français de tous les temps. Trève, cheval de course pur-sang anglais est née au haras du Quesnay à Vauville, dans le Cavaldos. Elle a remporté trois fois le Prix de l’Arc de Triomphe, considérée comme la course la plus prestigieuse du monde.
N'oublions pas les deux étalons les plus en vogue en ce moment : Bold Eagle, entraîné dans l'Orne par Sébastien Guarato et Charly du Noyer né dans le Perche (Département de l'Orne). Que de Normands à l'honneur !
 

Vidéo de la 1ère victoire d'Ourasi lors du Prix d'Amérique
Ourasi, le crack des hippodromes

En Normandie, on retrouve des sites équins prestigieux comme le Haras National du Pin, un des plus anciens et un des plus prestigieux haras nationaux français, le pôle hippique de Saint-Lô, un haras national qui a vu évoluer les meilleurs cavaliers mondiaux… C’est la seule région au monde à accueillir sur son territoire l’ensemble des familles de la filière équine, aussi bien les courses au galop ou au trot, les différents sports équestres, les loisirs autour du cheval…
Près de 6 470 entreprises normandes ont une activité en lien avec les équidés constituent une filière économique à part entière et génèrent près de 18 000 emplois, selon les statistiques de la région Normandie. Alors, oui, sans aucun doute, on peut dire que notre belle région normande est incontestablement une terre équine !

Rémy est passionné d'équitation depuis son plus jeune âge.

J'ai commencé le cheval quand j'étais tout petit, à l'age de trois ans.
Rémy, 15 ans, apprenti jockey.

Rémy, ainsi qu'Axelle, Théo  et Faustine quittent le cocon familial pour entrer dans la dure réalité d'un monde où les heures ne comptent pas et où le confort du cheval passe avant celui des hommes. Dans le documentaire "Rêves de gloire", on les voit grandir, espérer, construire leur combativité, questionner leur confiance, mettre leur courage à l’épreuve pour accéder à leur rêve dans un univers fort.

Un documentaire de 52'
Ecrit et réalisé par : Jean-Luc Desbonnet
Produiction : Gédéon Programmes, Nicolas Deschamps/France Télévisions, avec la participation d'Equidia
Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l'image animée et du conseil départemental de la Manche

Diffusion :
Lundi 21 janvier 2019 dans "Qui sommes-nous ?" après le Soir 3

A lire aussi

Sur le même sujet

Armada 2019 : les restaurants se préparent

Les + Lus