• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les femmes jockeys vont bénéficier d'un avantage de poids dès le 1er mars

Archives / © ZUMA PRESS/MAXPPP
Archives / © ZUMA PRESS/MAXPPP

A partir du 1er mars, les femmes jockeys seront plus légères que les hommes sur les pur sang: elles porteront deux kilos de moins qu'eux afin qu'"elles soient plus présentes dans les courses de galop", vient d'annoncer la société France Galop.

Par AFP, LA

Un "coup de pouce" pour les femmes jockeys

Dans les courses hippiques, on le sait, un petit poids favorise la vitesse. Comme en compétition les concurrents doivent partir avec les mêmes chances, les handicapeurs attribuent des surcharges ou des décharges aux jockeys en fonction de la qualité du cheval, le meilleur pur-sang étant le plus chargé.

A partir du 1 er mars, les femmes bénéficieront d'un avantage. La remise de poids pour les femmes jockeys s'appliquera à 90% des courses de galop, à l'exception notamment des courses de plat support de Quinté.

Cette décision pionnière sur la scène internationale des courses s'appliquera sans restriction d'âge ni de nombre de victoires. C'est une démarche volontariste qui a pour ambition de permettre aux femmes d'être plus présentes dans les courses de galop, l'un des rares sports mixtes, explique France Galop


Pour promouvoir la place des femmes dans les pelotons, France Galop a notamment mis en place il y a 10 ans un programme de courses réservées aux femmes jockeys et créé un premier Quinté 100% féminin, qui s'est couru le 23 octobre 2016 sur
l'hippodrome de Saint-Cloud.


Pauline Dominois, qui avait gagné cette course en selle sur Djyguit, "se félicite" de cette décision. "On va pouvoir monter de meilleurs chevaux, les entraîneurs nous feront plus confiance. Un kilo égale une longueur à l'arrivée", a-t-elle dit à l'AFP, rappelant que depuis qu'elle est passée professionnelle, elle monte au même poids que les hommes. "Les entraîneurs préfèrent confier leurs champions à Christophe Soumillon ou à Maxime Guyon. Ca va changer!"

Pour Jean-Pierre Colombu, vice-président de France Galop, "cette mesure est de nature à encourager les propriétaires et les entraîneurs à faire aussi bien monter en courses l'après-midi que le matin à l'entraînement, les nombreuses femmes qui travaillent dans les écuries de courses".

Dans la filière du galop, une centaine de femmes jockeys sont en activité sur près de 600 professionnels, soit une augmentation de 36% en 10 ans. Néanmoins, les femmes jockeys sont à ce jour moins présentes en compétition que leurs collègues masculins.

Les femmes représentent désormais un tiers des effectifs des écuries de courses, soit le double d'il y a 20 ans. Et chez les moins de 20 ans, on compte même plus de 50% de femmes dans les effectifs.
Un dispositif équivalent de remise de poids de 2 kg est prévu pour les cavalières dans les courses mixtes d'amateurs et dans les courses de professionnels qui leur sont ouvertes.

Sur le même sujet

Stéphane Bern lance les Journées du patrimoine - septembre 2019

Les + Lus