Intervention des plongeurs démineurs au large de Saint Vaast la Hougue

Un hélicoptère CAIMAN du même type qui est intervenu sur le Stenaca II / © F3 Normandie
Un hélicoptère CAIMAN du même type qui est intervenu sur le Stenaca II / © F3 Normandie

Le groupe des plongeurs démineurs est intervenu ce dimanche après midi sur un bateau de pêche qui a accroché une bombe dans ses filets.
 

Par Marc Michel-Dherissart

Dimanche 19 janvier, vers 13h40, le centre des opérations maritimes (COM) de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord est alerté par le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Jobourg (50), que le bateau de pêche Stenaca II, alors en zone de pêche à 6 nautiques (11 km) à l'est de Saint-Vaast (50), a remonté une bombe allemande datant de la Seconde Guerre Mondiale dans ses filets.

Le COM informe alors le groupe des plongeurs démineurs (GPD) de la Manche qui décide d'intervenir immédiatement. 
A 13h55, le COM engage l'hélicoptère Caïman de la Marine nationale stationné à Maupertus (50) avec à son bord trois personnels du GPD Manche pour les treuiller à bord du bateau de pêche. 

Une fois sur le Stenaca II, compte tenu de la mauvaise météo et de la difficulté de maintenir la munition à bord, les plongeurs-démineurs décident de la remouiller en mer et la traiter ultérieurement. La munition est le reste d'une mine de la marine allemande de type BM 1000.
La mine allemande de type BM 1000 remontée dans les filets du Stenaca II / © préfecture manche mer du Nord
La mine allemande de type BM 1000 remontée dans les filets du Stenaca II / © préfecture manche mer du Nord



Un avis de prudence a été diffusé pour les autres bateaux qui pêchent dans cette zone.

 

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord rappelle qu'il convient de signaler sans délai toute découverte d'engin historique en mer ou sur l'estran, au CROSS (numéro de téléphone : 196), au sémaphore ou à la gendarmerie les plus proches en précisant : la nature et la description de la munition (avec photo), la date et la position de la découverte (coordonnées GPS), vos coordonnées téléphoniques, et pour les découvertes en mer, le nom et le numéro du navire. Ces informations essentielles au traitement de la munition seront ensuite transmises au COM, puis au GPD.
 

Sur le même sujet

Les + Lus