La pêche au bar : dans les mailles du filet européen ?

La Commission européenne propose des mesures pour protéger la ressource. Ces propositions, négociées mi-décembre, provoquent l'indignation des professionnels.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le bar se fait rare. Et pour préserver la ressource, la commission européenne a décidé de taper du poing sur la table en prônant : 

- Une interdiction totale de la pêche professionnelle au bar de début janvier à fin juin. (1er semestre)
- Pour le second semestre : une limitation professionnelle de ce poisson à une tonne par mois et par navire (contre 1 à 3 tonnes/mois, selon les métiers, en 2015).
- Pour la pêche de loisirs : un bar par personne et par jour, contre trois aujourd’hui.
- Aucune restriction n'est prévue dans le Golfe de Gascogne.

Les pêcheurs de ligne condamnés ? 

Ces mesures s'appliquent à tous les professionnels : chalutiers et pêcheurs de ligne. Or, les ligneurs dépendent du bar à plus de 80% et aucune possibilité de diversification ne leur est offerte.

Les pêcheurs de ligne normands chiffrent « le risque d’une perte cumulée de chiffre d’affaires de 60 à 70 % ».  Sur les 49 licences normandes, la moitié serait condamné à disparaître.

Ces mesures seront négociées les 15 et 16 décembre, à Bruxelles, par les ministres européens de la Pêche, qui fixeront à ce moment les limites de captures pour 2016.

Explications Jérôme Ragueneau et Claude Leloche


©France 3 Normandie