"On se sent menacés !" Après une attaque de chiens errants, une ponette entre la vie et la mort

Jonquille, une ponette de 26 ans est retrouvée au petit matin avec d'importantes blessures à la tête, mercredi 29 novembre 2023. Une attaque de chiens errants pourrait être à l'origine des faits qui se sont produits sur la commune de Vengeons dans la Manche.

C'est la stupéfaction, mercredi 29 novembre 2023, lorsque Françoise Manby qui héberge Jonquille, une gentille ponette de 26 ans retrouve son animal de compagnie perclus de blessures à la tête, à Vengeons dans la Manche.

Jonquille vit sa retraite paisiblement, au jardin, au lieu-dit "La Riffaudière" sans aucun souci depuis dix ans jusqu'à ce mercredi.

Une joue arrachée, le naseau et l'encolure mordus sévèrement

"Je suis allée la nourrir vers midi, j'ai été très choquée en la voyant ! C'est la ponette de la famille, elle a toujours été là... En plus, elle est aveugle. Maintenant, il n'y a plus d'animaux dehors et on ne sait pas si on va pouvoir en remettre dans le pré car on se sent menacés", témoigne Françoise Manby, hôte de Jonquille, la ponette.

La ponette a été transférée, samedi 2 décembre 2023, chez Nelly Manby, la fille de Françoise, qui tient le haras du Moulin à Truttemer-le-Grand, une commune voisine. C'est elle la propriétaire de Jonquille.

Il y avait deux ponettes dans le pré, nous les avons accueillies toutes les deux au haras pour les mettre à l'abri. Jonquille est au box, nous sommes très préoccupés par son état de santé. Nous lui prodiguons les soins nécessaires: des antibiotiques, des pansements tous les jours, de la bouillie à manger.

Nelly Manby, propriétaire de Jonquille

"Cela a été un acharnement, ajoute-t-elle, nous avons fait venir le vétérinaire, 30 points de suture ont été effectués."

Selon le praticien, de telles blessures sont le fait d'un ou plusieurs chiens errants de taille moyenne. Aujourd'hui, le pronostic vital de la ponette est engagé.

Une morsure de chien doit faire l'objet d'un suivi

Selon la mairie, les propriétaires des chiens ont été identifiés, il s'agirait d'un malinois et d'un pitbull. Les gendarmes doivent faire un rappel à l'obligation de surveillance à laquelle les chiens sont soumis, une verbalisation n'étant possible qu'en situation de flagrant délit de divagation. 

Cette surveillance est effectuée par un vétérinaire choisi par la mairie sur le site de la préfecture ou sur demande auprès de la direction départementale de la protection des populations. Elle consiste à évaluer le comportement de l'animal, et son niveau de dangerosité. Afin d'en déduire des mesures personnalisées.

À défaut d'obtempérer, le maître du chien est mis en demeure de se soumettre à son obligation de surveillance, dans les 24 heures. Le compte rendu du vétérinaire doit être communiqué à la mairie par ce dernier. Les frais de surveillance et d'évaluation sont à la charge du propriétaire du chien mordeur.

Une plainte déposée

La propriétaire de Jonquille a porté plainte à la gendarmerie de Sourdeval pour atteinte à l'intégrité d'un animal domestique. Elle ne souhaite pas incriminer qui que ce soit.

Elle veut seulement alerter la population du danger que représentent les chiens errants, prévenir les propriétaires laxistes dont les chiens pourraient se retrouver en meute et devenir incontrôlables.