Pass-sanitaire : Ni "anti-vaccins" ni "complotistes", des restaurateurs de la Manche refusent de contrôler les clients

Publié le
Écrit par Salima Zeggaï

Une dizaine de restaurateurs de la Manche conteste l'instauration du pass-sanitaire dans leurs établissements. Ils publient une tribune pour dénoncer le contrôle des clients à l'entrée.

Le pass-sanitaire soulève bien des oppositions. En première ligne : les restaurateurs qui pourraient être amenés à contrôler les pass des clients à partir de début août. Dix restaurateurs du Cotentin, qui se définissent eux-mêmes "ni anti-vaccins, ni complotistes" ont rédigé une tribune pour interpeller les services publics

"Nous, restaurateurs, barmans, gérants de lieux culturels du Cotentin (...) respectueux des lois et des principes républicains, nous ne pouvons en conscience accepter l’injonction présidentielle qui voudrait que nous effectuons un tri à l’entrée de nos établissements."

Tribune des restaurateurs du Cotentin

 

"Ce n'est pas notre métier"

Leur crainte : devoir trier les clients à l'entrée de leurs établissements. Selon Christophe Iskenderian, gérant du restaurant Le Baligan à Siouville-Hague et signataire de la tribune, contrôler les clients lui parait contraire aux valeurs de sa profession.

Ce qui me gêne c’est de contrôler des citoyens. Ce n’est pas notre métier de contrôler et de diviser la société en deux. Tant sur le fond que sur la forme nous sommes réticents à cette mesure, elle est choquante parce qu’elle n’a pas été concertée.

Christophe Iskenderian, gérant Le Baligan à Siouville-Hague

« Notre métier c’est de rassembler et d’accompagner les gens dans un bon moment. Avec cette mesure, notre métier est en tension. Un salarié qui va être à l’entrée pour contrôler les pass-sanitaires va être soustrait de ces taches principales qui est l’accompagnement des convives pendant le temps qu’ils passent dans nos restaurants », détaille le gérant.

« Il y a aussi cette idée de diviser les gens et de générer des tensions à l’entrée de notre établissement. De mettre nos salariés dans des situations qu’ils ne pourront pas gérer. »

Manque de personnel

Avec un serveur et un cuisinier en moins, Christophe Iskenderian craint que le contrôle du pass-sanitaire leur complique encore davantage la tâche.

« On n'a déjà pas suffisamment de personnel et on demande à nos salariés d’êtres dédiés à une autre tâche que celle prévue dans leurs contrats. C’est très compliqué pour nous. »

Christophe Iskenderian, gérant Le Baligan à Siouville-Hague

Le gérant a interpellé les députés et sénateurs de sa circonscription pour leur faire part de ses craintes. Son dernier espoir réside entre les mains du Conseil constitutionnel qui devrait rendre un avis sur l'extension du pass-sanitaire dans les restaurants, le 5 août 2021.