Pêche et Brexit : entre la Normandie et Jersey, grosse friture sur la ligne

Coup de sang de la Région et du Département de la Manche : pas question de laisser tomber les pêcheurs normands au bord du gouffre alors que les accords de la Baie de Granville sont en train de tomber à l'eau avec le Brexit. Les relations "diplomatiques" entre Jersey et la Normandie sont rompues.

Les relations avec Jersey sont au plus bas, une première depuis très longtemps. La faute au Brexit ?
Les relations avec Jersey sont au plus bas, une première depuis très longtemps. La faute au Brexit ? © France Télévisions

"Mais ça fait 800 ou 900 familles concernées, mais qu'est-ce qu'on va faire? On va tous faire faillite", s'inquiétait ce lundi 3 mai, l'un des nombreux pêcheurs réunis devant la préfecture des Affaires maritimes de Cherbourg. 

Les restrictions imposés par Jersey dans les dernières licences de pêche délivrées ces derniers jours ont fait bondir la profession. Depuis le Brexit, les relations sont très mauvaises avec Jersey qui remet en cause les accords historiques de la Baie de Granville.

En réaction et en soutien, , Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Marc Lefèvre, Président du Conseil départemental de la Manche, et Jean-Marc Julienne, Président du Syndicat Mixte de Maison de la Normandie et de la Manche "ont décidé hier de fermer leur représentation dans les îles Anglo-normandes", affirment-ils dans un communiqué commun, délivré ce lundi dans la soirée.

La Normandie et la Manche ferment leurs bureaux à Jersey

Le ton est ferme, les reproches acerbes."Depuis l’annonce du Brexit et la fin des accords de la Baie de Granville le 31 décembre 2020, les Présidents Morin et Lefèvre se sont attachés à entretenir un dialogue soutenu et constructif avec le Ministère des Affaires étrangères de Jersey afin que les pêcheurs manchois puissent continuer à exercer leur activité dans les mêmes conditions, même s’il revenait désormais à Jersey d’attribuer des licences de pêche(..) Une première échéance capitale est tombée vendredi 30 avril : la délivrance des licences pour les unités de plus de 12 mètres pouvant justifier d’au moins 10 jours de pêche dans les eaux de Jersey sur une période de douze mois dans les trois dernières années."

Mais les 41 premiers bateaux qui ont reçu leur licence par courriel ce 1er mai ont failli chavirer à la lecture des restrictions imposées. "Jersey impose, contre toute attente, des conditions inexplicables : nombre de jours de pêche (de 7 à 170 jours par an selon les bateaux), restriction des engins de pêche et fermeture de zone", détaille le communiqué.

 

A aucun moment, au cours des nombreux échanges que nous avons pu avoir avec Ian Gorst, Ministre des Affaires étrangères de Jersey, il ne fut question de critères supplémentaires assujettis à la délivrance de licences. Nous demandons au Gouvernement français d’intervenir auprès de la commission européenne afin que les termes prévus dans l’accord de commerce et de coopération, soient respectés et appliqués

Marc Lefèvre, président de la Manche et Hervé Morin, président de la Normandie

 

"Ils sont souverains dans leurs eaux, ils vont faire ce qu'ils vont vouloir", redoute, Romain Davodet,  un pêcheur dans le reportage qui leur est consacré, ci-dessous. 

Jersey et Normandie à l'épreuve du Brexit

La colère est importante et des "actions" sur Jersey ne sont pas exclure. Certains pêcheurs demandent même que l'électricité soit coupée et l'approvisionnement de l'île arrêté. 

Depuis plusieurs jours la colère est palpable de Granville à Cherbourg mais aussi en Bretagne. 

Il y a des restrictions de jours, il y a des restrictions de zones et des restrictions de type de pêche. Certains ont le droit au chalut, certains ont le droit au homard mais on faisait avant trois ou quatre métiers différents dans les eaux. Certains se retrouvent avec un seul métier imposé sur des jours et des zones données. C'est la restriction totale !

Romain Davodet, pêcheur Carteret (50)

Une cinquantaine de pêcheurs se sont rassemblés ce3 mai devant les Affaires maritimes de Cherbourg, après avoir reçu les premières licences de Jersey, inacceptables pour eux.
Une cinquantaine de pêcheurs se sont rassemblés ce3 mai devant les Affaires maritimes de Cherbourg, après avoir reçu les premières licences de Jersey, inacceptables pour eux. © Jean-Yves Gélébart/ France Télévisions

Relations gelées : une première depuis très longtemps

En 1995, il y a 26 ans,  la Normandie et la Manche ont construit à Saint-Hélier la "Maison de la Normandie et de la Manche". Une sorte de syndicat mixte qui avait reçu l’approbation d'Alain Juppé, alors Ministre des affaires étrangères. "Les Présidents Morin, Lefèvre et Julienne ont décidé hier de fermer cette représentation, qui abrite aussi le Consulat honoraire de France à Jersey", précise le communiqué.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie brexit international