Après l'incendie, de gros dégâts à la cidrerie de Condé-sur-Vire

Les pompiers sont parvenus à contenir le feu, mais un espace de stockage de 1000 m² a été détruit. / © Boris Letondeur / France 3 Normandie
Les pompiers sont parvenus à contenir le feu, mais un espace de stockage de 1000 m² a été détruit. / © Boris Letondeur / France 3 Normandie

Le feu "probablement d'origine accidentelle" a détruit une cuverie où des travaux de modernisation étaient en cours. Un ouvrier du chantier a été brûlé au bras. L'usine de la coopérative bretone des Celliers Associés a perdu 20 % de ses capacités de stockage.

Par Pierre-Marie Puaud

Quand l'alerte a été donnée vers 16h ce lundi, les sapeurs pompiers ont déployé de gros moyens. Le lieutenant-colonel Guillaume Quetier a immédiatement relevé que le bâtiment industriel est isolé "avec des panneaux sandwich et du polystyrène à haut pouvoir calorifique". Soixante soldats du feu sont envoyés sur les lieux équipés de lances pour "une heure trente d'attaque massive avec 4000 litres d'eau à la minute" afin de lutter contre un incendie "alimenté par du gaz industriel acétylène".
 


Une cuverie entièrement détruite par le feu



Les dégâts sont néanmoins considérables. Certes, les pompiers ont réussi à contenir le sinistre sur une surface de 1000 m². Mais une cuverie est entièrement détruite. Elle n'était pas utilisée au moment où le feu s'est déclaré. Et pour cause : des travaux de modernisation y étaient menés en prévision de la prochaine campagne. "Cette cuverie peut contenir trois millions de litres, ce qui représente 20 % de notre capacité de stockage, explique Philippe Musellec, le directeur de la cidrerie. On a une prochaine campagne de pommes qui arrive au mois de septembre. Il va falloir trouver une solution pour stocker nos jus".
 


La cidrerie qui emploie 35 personnes est momentannément à l'arrêt. Le maire de Condé-sur-Vire a immédiatement proposé son aide. Une salle municipale est mise à la disposition de la coopérative. "Cela va permettre à des stagiaires de poursuivre une formation", précise Laurent Pien qui déplore cet incendie. "L'usine est en développement. Elle est en train de se réorganiser et de sétendre. C'est vraiment très embêtant".

 

Sur le même sujet

Les + Lus