Le PDG du groupe AVEC, Bernard Bensaïd, autorisé à reprendre ses fonctions

Ce jeudi 16 mars, le PDG du groupe Avec, Bernard Bensaïd, a été autorisé à reprendre ses fonctions. Il avait été interpellé, lundi 9 janvier 2023 à Paris et placé en garde à vue pour prise illégale d’intérêts et de possibles détournements de fonds publics. Pour rappel, le groupe gère deux cliniques privées à Saint-Lô et Coutances dans la Manche.

La Chambre d’instruction de la Cour d’appel de Grenoble a autorisé, Bernard Bensaid, Président Fondateur et Directeur général du Groupe AVEC, à diriger et gérer tous les ESPIC (établissement de santé privé d’intérêt collectif) de France dont il avait la charge et, en particulier ceux du Groupe AVEC dont deux cliniques se trouvent à Saint-Lô et Coutances dans la Manche. 

Le groupe AVEC souligne dans un communiqué. "Il est également et de nouveau autorisé à gérer et diriger toute personne morale de droit public, et notamment les établissements publics de santé."

Bernard Bensaid reste mis en examen pour "prise illégale d'intérêts" et "détournement de fonds publics". 

Une plainte déposée par les syndicats 

A la tête d'un groupe de 12 000 salariés, Bernard Bensaid est le patron de la clinique mutualiste depuis 2020 après le rachat de deux mutuelles qui la géraient jusqu’alors. Une plainte contre X avait été déposée pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds par les syndicats CGT et FO du GHM en juin 2022, révélait la cellule investigation de Radio France. Une affaire qui a résonné jusqu'au Sénat. 

Les syndicats soupçonnaient M.Bensaid de prélever chaque année, de manière injustifiée selon eux, une partie du budget de leur établissement au profit du groupe. Contacté en janvier dernier, Franck Houlgatte, secrétaire général UNSFO, il n'y avait aucun doute. 

Sur le site de Grenoble, il pompe quatre millions d'euros par an pour des prestations qu'il ne fait pas ou que l'on ne voit pas. Et ils se sont fait prêter jusqu'à dix millions par l'établissement public pour la société privée AVEC.

Franck Houlgatte, secrétaire général UNSFO

À cela s'ajoute des cliniques directement touchées par la gestion du groupe. 

De simples problèmes de gestion ? 

À Saint-Lô et Coutances, 200 techniciens, cadres et personnels de santé travaillent pour les cliniques AVEC. Ces salariés se plaignent depuis trois ans de certains problèmes de gestion, quelque temps après que l'investisseur Bernard Bensaid ait racheté ces établissements. 

Nous sommes obligés de rappeler sans cesse que certains salaires ne nous ont pas été versés, que certaines heures supplémentaires ne nous sont pas payées. Nous déplorons aussi le manque de matériel, des factures impayées et donc des problèmes de livraison. 

Témoignage anonyme

Difficile de savoir alors si ces difficultés sont directement liées à une défaillance dans la gestion ou s'il s'agit de l'effet de malversations. Dans l'attente d'un jugement, le président du groupe  reprend normalement ses fonctions, à l'exception de la prise en charge du groupe hospitalier mutualiste de Grenoble. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité