Saint-Lô : l'usine Seb (ex Moulinex) fête ses 50 ans avec la ministre de l'industrie Agnès Pannier-Runacher

C'est un anniversaire fêté en grande pompe : pour son demi-siècle, l'usine d'électroménager Seb a reçu la visite de la Ministre de l'industrie Agnès Pannier-Runacher. Le fabricant se présente désormais comme le leader mondial du petit électroménager.

Malgré son histoire chargée, le site industriel de Saint-lô a survécu. L'usine Seb (ex-Moulinex) fête ses 50 ans d'existence. Pour l'occasion, ce 16 septembre le directeur général du groupe Thierry de la Tour d'Artaise recevait la visite de la Ministre chargée de l’Industrie Agnès Pannier Runacher. 

Ici sont fabriqués la plupart des éléments électroniques qui équipent l'electroménager haut de gamme du groupe : de  l'écran tactile flambant neuf qui permettra de piloter un robot cuiseur aux cartes-mères présentes dans les cafetières.

A son ouverture en 1971, l'usine fabriquait des couteaux électriques et des ouvre-boîtes. Depuis 2001, elle appartient au groupe SEB et elle est devenu le berceau des cartes électroniques destinés aux robots culinaires. Lorsque Moulinex a annoncé sa fermeture, le 11 septembre 2001, la seule usine à rester debout sera celle de Saint-lô, dont une partie des salariés sera reprise par le repreneur. 
"Ce qui était intéressant sur ce site (quand nous l'avons racheté en 2001) c'était qu'il y avait une vraie compétence électronique que nous n'avions pas de façon aussi organisée dans le groupe"  explique Thierry de la Tour d'Artaise Pdg du groupe "il y a plus de techniciens et d'ingénieurs ici que d'opérateurs de production". Saint-Lô est devenu le centre de compétence technique du groupe electroménager. "Nous allons continuer à développer ce site pour faire de plus en plus de produits".

Le site de Saint-Lô compte aujourd'hui 84 salariés permanents et une vingtaine d'intérimaires.

"Le leader mondial du petit équipement domestique"

A l'international, l'objectif de SEB est de toucher les classes moyennes chinoises." Dans les pays émergents, on ne vend pas des cafetières et des grille-pains", rappelle le PDG, "mais des cuiseurs à riz, des appareils à faire du lait de soja, en Inde, nous vendons des moulins à épices... Donc nous nous adaptons, nous sommes locaux. Donc là nous aurons besoin de site de production pour des produits locaux mais à chaque fois que nous pouvons maintenir la production en France, nous le faisons. 30% de notre chiffre d'affaires est fabriqué en France."

Le groupe a fait un chiffre d'affaires de 7 milliards l'année dernière avec un résultat tout à fait positif et nous sommes aujourd'hui le leader mondial de ce qu'on appelle le petit équipement domestique. C'est à dire que les gens restant à la maison, ils ont fait la cuisine et du coup ils se sont réapprovisionnés en appareils ménagers.

Thierry de la Tour d'Artaise Pdg du groupe SEB

Le chiffre d'affaire de 6,9 milliards en 2020 devrait atteindre les 8 milliards en 2021. Seule ombre au tableau, le groupe SEB comme de nombreuses autres entreprises a souffert de la pénurie de composant électroniques venus d'Asie ces derniers mois. La ministre déléguée de l'économie des finances et de la relance s'est voulue rassurante en promettant qu'un vaste plan d'investissement pour soutenir l'électronique en France et en Europe était lancé.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie