Cet article date de plus de 5 ans

Un Tour de France sous haute surveillance dans la Manche

Haute protection pour la Grande boucle : le préfet de la Manche a précisé hier lundi les moyens de sécurité déployés pour le Tour de France cycliste les 2, 3 et 4 juillet. 
"Le Tour de France est une fête populaire, et pour qu'elle reste une fête, nous mettrons en place des moyens de sécurité exceptionnels", a déclaré le Préfet de la Manche lundi soir lors d'une conférence de presse donnée à la préfecture de Saint-Lô, là où sera installé le centre opérationnel de ce grand rendez-vous sportif. 



Dans le contexte post-attentat, les moyens mobilisés pour assurer la sécurité des trois étapes du Tour dans la Manche, ont été revus à la hausse par rapport aux éditions précédentes. 

Au total, 2 708 pompiers, policiers et gendarmes seront mobilisés dans tout le département sur les 435 kms de course. Sur la seule étape entre le Mont-Saint-Michel et Utah Beach, ce sont 800 gendarmes qui seront postés le long de l'itinéraire. 

A ces effectifs s'ajouteront :

-2 hélicoptères de la gendarmerie et le Dragon 50 de la sécurité civile
-7 moyens nautiques 
-12 cavaliers de la garde républicaine positionnés au Mont-Saint-Michel et à Utah Beach 



Une surveillance renforcée par des caméras et des unités mobiles notamment des physionomistes dans la foule. 

Pour la première fois dans l'histoire du Tour, une équipe du GIGN sera présente 24h/24. 

Le contexte post-attentat a demandé des moyens de sécurité supplémentaires, mais pour l'organisation du Tour, le risque premier de cet événement populaire reste bien le risque routier. "Il y aura des endroits où le vent sera favorable et où il y aura des pointes de vitesse très impressionnantes", a expliqué le Colonel Giraud, commandant du groupement de gendarmerie de la Manche qui a appelé chacun à rester très prudent et à ne pas tenter d'approcher les coureurs pendant la course.

"Le risque routier est vraiment le risque majeur, a souligné Pierre-Yves Rouault, Directeur-adjoint du Tour de France. C'est pour cela que nous formons nos pilotes et nous portons une attention toute particulière à la caravane du Tour qui passe une heure avant les coureurs."

Le point avec Aurélie Misery et Sylvain Rouil 

Intervenants : 
- Jacques Witkowski, Préfet de la Manche
- Colonel Arnaud Giraud, Commandant GGD 50

durée de la vidéo: 01 min 41
La sécurité dans le Tour de France






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport