Erreurs de prévisions, effectifs en baisse... Les services de Météo France en pleine tempête

Les agents de Météo France étaient en grève dans plusieurs villes de Normandie la semaine dernière, comme dans plusieurs villes de France. Les salariés s’insurgent contre les suppressions de postes et l’automatisation de leur travail par une intelligence artificielle.

Mardi 9 janvier 2024 : la neige surprend les Normands. Des chutes impressionnantes et inattendues. Dans certaines zones de la région, près de 10 centimètres sont tombés.

Des erreurs dans les prévisions

Les transports scolaires sont annulés, la circulation des voitures est très compliquée. Une importante perturbation qui étonne, puisque personne ne s’y était préparé.

La veille, les prévisions de Météo France annonçaient à peine un ou deux centimètres de neige au sud de la Normandie. Très loin donc des dix centimètres atteints.

Un couac dans notre région, mais pas isolé. Plusieurs erreurs ont été relayées sur les réseaux sociaux ces derniers mois. 28 degrés prévus en plein mois de décembre à Strasbourg, de la neige annoncée par 10°C en Savoie…

L’intelligence artificielle brouille les prévisions 

Pourquoi ces prévisions météorologiques ne sont pas toujours fiables ? Selon des employés de Météo France, la faute viendrait d’un récent système intitulé "3 P : Programme-Prévision-Production", piloté par le logiciel "Alpha", mis en place le 23 novembre 2023.

C’est un programme qui génère automatiquement des prévisions sans intervention humaine… D’où certaines erreurs. Avant cette date, c’est un prévisionniste qui vérifiait chaque prévision avant sa publication.

Ce nouveau système est pointé du doigt par les syndicats de Météo France qui ont déposé plusieurs préavis de grève ces derniers mois - le dernier date du mois de mars.

"Les humains ont la connaissance du terrain… Ils savent repérer les défauts des modèles de la production automatique et donc ils s’attendent à ces erreurs, ils les traquent et les corrigent", confie Renaud Tzanos, représentant du syndicat Solidaires - Météo.

Pour l’instant, nous ne sommes pas capables avec un outil purement numérique comme celui-ci de faire le travail que font les humains.

Renaud Tzanos, représentant du syndicat Solidaires - Météo

Coupes budgétaires à Météo France

La direction de Météo France reconnaît ces différents couacs et assure que tous "ces bugs ont été corrigés". "La mise en place d’un nouvel outil a mis en évidence des dysfonctionnements, comme dans tout développement automatique", se défend-elle.

Mais pour les syndicats, cette réponse ne suffit pas. Pour eux, en plus de cette intelligence artificielle, l’autre problème vient de la suppression des postes au sein de l’organisme.

Ces prévisions automatiques générées automatiquement ne peuvent plus être systématiquement vérifiées par les experts, par faute de personnel. En dix ans, près de 1 000 postes ont été supprimés, soit un quart des effectifs. 

Et la situation ne risque pas de s’améliorer puisque l’organisme est concerné par des coupes budgétaires annoncées par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, à la mi-février.