Le monde du cheval descend dans la rue pour manifester contre la Française des jeux

Manifestation du monde du cheval ce mercredi à Paris / © Jacques DEMARTHON / AFP
Manifestation du monde du cheval ce mercredi à Paris / © Jacques DEMARTHON / AFP

A pied et à cheval, les professionnels des courses hippiques se sont mobilisés en force ce mercredi à Paris contre un projet de la Française des jeux (FDJ) qui pourrait accroître la concurrence avec le PMU, et mettre en péril la filière cheval, financée par les paris hippiques.

Par avec AFP

Selon la préfecture de police, 1.500 personnes ont défilé ce mercredi dans les rues de la capitale. Le cortège, emmené par le cascadeur équestre Mario Luraschi, suivi de plusieurs cavaliers et d'un cheval attelé, s'était élancé depuis la Porte Dorée à 14H00 dans une joyeuse cacophonie, les gens du sport équestre, du trot du galop mais aussi les professionnels de la filière du cheval, dont des vétérinaires et des maréchaux-ferrants, brandissant des fumigènes.

Sur leurs banderoles on pouvait lire : "Sauvons notre avenir", "touche pas à mon cheval", tandis que les manifestants scandaient : "sauvons le cheval, nos emplois et nos campagnes". Dans une ambiance festive, devant les passants étonnés, un car podium retransmettait les courses du Prix d'Amérique et de l'Arc de Triomphe pendant que les manifestants scandaient à tue-tête "les courses et le cheval ça sent le sapin!".

Venus par centaines, certains en tenue de jockey, ils ont rallié Bercy à 16H30, une délégation était reçue au Ministère. "Bercy nous a fait part de la suspension du "live betting" de la FDJ. On continue la manif pour aller chercher le document officiel à Bercy et la manif sera plus festive", a dit à l'AFP Thibault Lamare, porte-parole du récent mouvement des Jeunes professionnels de la filière cheval (JPFC), à l'origine de la manifestation.

"On ira jusqu'au bout

Christian Bigeon, entraîneur de trotteurs, attend comme ses confrères, "la suppression" du projet. "Le terme suspendu n'est pas suffisant, il signifie repousser. On veut mettre un terme définitif à ce projet et on ira jusqu'au bout", a-t-il affirmé.

La FDJ doit expérimenter début avril l'extension à ses points de vente de la prise de paris sportifs en direct, ou "live betting," qui permet aux joueurs de miser durant les rencontres sportives et pas seulement avant le coup d'envoi. Le "live betting", qui n'est pas autorisé pour les courses hippiques, est limité actuellement aux paris sportifs réalisés en ligne.

"La FDJ a pris acte de la suspension du test sur l'identification des parieurs FDJ en vue d'une prochaine concertation", a expliqué à l'AFP un représentant de la FDJ. Il a ajouté :  "la FDJ a proposé un test visant à l'identification des clients de paris sportifs dans seulement 100 points de ventes qui ne proposent pas l'offre PMU (..)Il ne s'agit pas de live betting, paris ouverts en permanence sur internet disponible partout en France en mobilité (mobile-tablette-pc), mais d'un service incitant à l'identification des parieurs comme le souhaitent les pouvoirs publics, la Cour des Comptes et le CEC".

De son côté, Emmanuel de Rohan Chabot, patron fondateur de ZEturf.fr, opérateur de paris hippiques en ligne, a suggéré lui "d'adopter le progrès technique et le changement des modes de consommation pour que le PMU et les opérateurs de paris hippiques proposent eux aussi des prises de paris en direct pendant les courses de chevaux".

Sur le même sujet

Homagge à Johnny devant le Zénith de Rouen

Près de chez vous

Les + Lus