Mont-Saint-Michel: nouvelle gouvernance....et nouvelle polémique ?

Le Mont-Saint-Michel, site le plus visité de Normandie, sera géré à partir du 1er janvier 2020 par un établissement public à caractère industriel
et commercial (EPIC) dans lequel l'État triplera sa contribution, vient de rappeler ce vendredi 13 décembre le ministère de la Culture.

Alors même qu'un autre établissement public vient de voir le jour pour le chantier Notre-Dame, le ministre de la Culture Franck Riester a salué l'entrée en vigueur de ce nouvel EPIC pour gérer la "Merveille".
    "La réussite de ce projet hors-normes dépend maintenant de chacun: du gouvernement,déterminé à s'engager dans la durée au service d'un site mondialement connu et qui parle au coeur de tous les Français, autant que des acteurs territoriaux pourlesquels le nouvel établissement représente un nouveau levier de développement", a-t-il prévenu.

La réussite de ce projet hors-normes dépend maintenant de chacun
Franck Riester, ministre de la Culture


Assurer la gouvernance du Mont-Saint-Michel par un acteur unique, c'est le sens de l'annonce faite par le Premier ministre en 2017 lors d'une réunion à Matignon rassemblant élus normands et bretons. "Depuis le parc de stationnement jusqu’au Mont Saint-Michel, interviennent un syndicat mixte, deux communes, le centre des monuments nationaux, un délégataire de service public et de nombreuses initiatives privées", rappelle Matignon dans un communiqué. 

En s'appuyant sur le rapport réalisé par Philippe Belaval, président du Centre des monuments nationaux, et par Nicole Klein, préfète de région, le gouvernement a décidé de lancer la création d'un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) national du Mont-Saint-Michel. Cette nouvelle structure aura pour mission "de coordonner la gestion et le développement du site, depuis le stationnement et les transports jusqu’à l’Abbaye".

Adolphe Colrat, ancien préfet de la manche, est chargé de la mise en oeuvre de ce projet, de la rédaction des textes législatifs et réglementaires jusqu''à la conception du modèle économique. "Ce modèle devra reposer sur les recettes issues de la fréquentation du site et ne pas donner lieu à des contributions publiques d’équilibre", indique le Premier minsitre.

Parallèlement, et durant la création de cet Epic, c'est l'Etat qui prendra en charge la responsabilité de l’exploitation du barrage sur le Couesnon pour poursuivre les travaux hydrauliques et le suivi environnemental de la Baie, conformément aux souhaits des élus locaux. "Cette décision conduira l’Etat à apporter l’ensemble des financements nécessaires pour l’exploitation du site, pour 2017 et 2018, dans l’attente d’une décision définitive sur l’insertion de ce barrage dans le périmètre d’un futur établissement assurant la gestion et le développement du Mont Saint-Michel."

La Bretagne cherche-t-elle à annexer le Mont ?

Si les élus, de part et d'autre du Couesnon, semblent satisfaits de ces annonces, ces dernière interviennent alors qu'une nouvelle (petite) polémique sur "la propriété"du Mont fait son apparition. La Région Bretagne a récemment publié sur son soite internet une carte des "10 destinations touristiques de Bretagne", une carte qui déborde quelque peu des frontières de nos voisins, notamment sur le sud-Manche.
 

Le maire d'Avranches, David Nicolas, a peu apprécié. Sur sa page Facebook, l'élu normand y voit "encore une preuve de la volonté pure et simple d'annexer la baie du Mont Saint-Michel par les communicants Bretons de Rennes et de Saint-Malo !". Pour cet historien, cette pratique "témoigne d'un irrespect de l'histoire et de l'identité des territoires mais aussi de l'attachement des habitants à ceux-ci". Pour se faire l'avocat du diable, on signalera au maire d'Avranches que, pour nos voisins bretons, c'est la Baie du Mont-Saint-Michel qui fait partie des dix destinations touristiques et que cette baie couvre à la fois la Normandie et la Bretagne. 


Mais cette carte n'est pas nouvelle. Elle a été crée il y a deux ans par le comité régional de tourisme Breton, en accord avec la Normandie. Pour Manche tourisme, il n'y a pas de polémique. C'est une bonne méthode pour promouvoir le site.

Reportage d'Emilien David et Joël Hamard
Intervenants:
- David Nicolas, maire d'Avranches
- Jean-Marc Julienne, président de Manche tourisme
 

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité