Pas de Normand à la présidence du groupe LR à l'Assemblée nationale

Les députés normands LR Philippe Gosselin et Véronique Louwagie / © JACQUES DEMARTHON / AFP/ Thomas Padilla/MAXPPP
Les députés normands LR Philippe Gosselin et Véronique Louwagie / © JACQUES DEMARTHON / AFP/ Thomas Padilla/MAXPPP

12 voix sur 104 pour la députée de l'Orne Véronique Louwagie, 7 seulement pour le député de la Manche Philippe Gosselin. La présidence du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale échappe donc aux Normands. Le vote a lieu ce mercredi.     

 

Par Aurélie Misery

Les 104 députés Les Républicains du Palais Bourbon se prononçaient ce mercredi matin pour désigner leur Président de groupe à la place de Christian Jacob, élu Président du parti. 

Six candidats étaient en lice : Véronique Louwagie (Orne), Philippe Gosselin (Manche), Olivier Marleix (Eure-et-Loir) ​​​​​​, Michèle Tabarot (Alpes-Maritimes), Daniel Fasquelle (Pas-de-Calais) et Damien Abad (Ain).

Le vote se déroule en deux tours. 

Au premier tour, la candidature de Philippe Gosselin n'a reçu que 7 voix. Celle de Véronique Louwagie, 12 voix. 

Le deuxième tour se déroule donc sans les deux candidats normands.  
Archives, novembre 2016 / © Thomas Padilla/MAXPPP
Archives, novembre 2016 / © Thomas Padilla/MAXPPP

Véronique Louwagie (58 ans)


Cette spécialiste des comptes (elle est expert-comptable de profession) a exercé une palette très large de mandats : maire de l'Aigle, conseillère départementale, conseillère régionale, elle est députée de l'Orne depuis 2012.

En 2017, la commission des finances l'a désigné comme rapporteur pour la Santé sur le projet de loi de finances pour 2018. Après six mois de législature, elle est la 4ème députée la plus active selon le classement établi par Capital. 

Elle souhaite redonner de l’élan au parti absent du second tour de la dernière élection présidentielle.
 
© IP3 PRESS/MAXPPP
© IP3 PRESS/MAXPPP
 

Philippe Gosselin (53 ans) 

Né à Carentan, il est député de la première circonscription de la Manche depuis 2007. 

En 2013, ce Catholique s'est opposé dès la première heure au mariage homosexuel, allant jusqu'à déposer une proposition de loi pour que les maires aient le droit de ne pas célébrer ces unions, au nom de leur "liberté de conscience". Il a reconnu par la suite "une attente forte" des couples homosexuels à se marier. 

Habitué de la prise de parole, ce diplômé de sciences-po et d'un DEA en droit public est devenue l'une des figures médiatiques du parti. 

Son agenda s'est étoffé puisque depuis 2017, il est vice-Président de la Commission des Lois, et élu juge à la Cour de justice de la République.

Au sein d’une droite divisée entre plusieurs courants, Philippe Gosselin se dit proche de la ligne politique de Christian Jacob.

 

Sur le même sujet

Les + Lus