#OnVousRépond : un prof peut-il prétexter le droit à l'image pour ne pas faire cours en visio ?

Cette question nous est parvenue via le hashtag #OnVousRépond. Martin qui est élève dans un lycée de l'Orne nous écrit : "mon prof de maths ne veut pas faire de visio. Il ne veut pas que sa photo aille sur internet et il nous dit que c'est son droit à l'image. Est-ce normal ?"

Le sujet est un peu tabou : nombre de profs ne veulent pas que leur visage s'affiche sur les écrans de leurs élèves
Le sujet est un peu tabou : nombre de profs ne veulent pas que leur visage s'affiche sur les écrans de leurs élèves © France Télévisions

Avec ce nouveau confinement, Zoë s'attendait à expérimenter les cours en visio-conférence. Elle est en classe de Troisième dans un collège privé de Caen. "Des profs nous ont dit qu'ils avaient des enfants en bas âge et que ce n'était pas cool pour faire cours en visio. Dans d'autres classes, ils ont expliqué que le préfet n'avait rien imposé. On n'a donc que des cours en ligne".

Une élève de Terminale d'un grand lycée du centre-ville de Caen s'amuse des excuses avancées par ses profs pour ne pas s'afficher sur un écran d'ordinateur. "Ils nous disent qu'ils habitent à la campagne et que la connexion n'est pas bonne", sourit Marine. Elle habite aussi dans un petit village qui n'est pas réputé pour être le mieux connecté du monde, ce qui ne l'empêche nullement de suivre certains cours... en visio.

 

Avec ou sans visio : l'enseignant a le choix au nom de la liberté pédagogique

À l'ère du tout numérique, la réticence de certains enseignants est un peu taboue. Les syndicats que nous avons contactés disent ne pas avoir été saisis de la question. Certains profs semblent être toutefois assez gênés par la webcam, allant jusqu'à faire cours en visio, sans image... "À la place de son visage, on a une image d'un dessin animé qui représente un prof avec ses élèves, raconte Zélie qui est en classe de Première dans un lycée de Rouen. Il a désactivé nos micros. On ne peut pas lui parler. Il a juste activé le tchat. En gros, il fait son cours tout seul. On a l'impression que c'est l'ordinateur qui nous parle".

 

On doit faire cours. On a la liberté de le faire par tous les moyens. La visio est proposée, suggérée, mais elle n'est pas imposée.

Lionel, professeur de maths dans un lycée normand

 

"Moi je ne souhaite pas apparaître en vidéo, je ne veux pas que mon image circule sur internet", explique Lionel, un professeur de maths pourtant très impliqué. "Des profs ont aussi dit qu'ils ne veulent pas qu'on fasse des captures d'écran et qu'on les balance sur les réseaux", ajoute Zoë. C'est au nom du droit à l'image que le prof de maths de Martin a banni la visio. 

 

 

"J'ai un environnement numérique de travail, insiste Lionel. J'utilise un Tchat. J'utilise un forum. J'ai un site internet sur lequel je dépose des documents, mais tout se passe par écrit. Et je demande aux élèves d'être connectés aux heures habituelles de l'emploi du temps, ça ne se discute pas".

Son cours gagnerait-il à être dispensé en visio-conférence ? "J'ai à peu près 70% de mes élèves à chaque cours. Mes collègues qui utilisent la vidéo me disent qu'ils n'ont pas non plus toute la classe en face d'eux. On perd tous à peu près un tiers des élèves, ceux qui sont en difficulté qui n'arrivent pas à se connecter ou qui font mine de ne pas pouvoir le faire".

 

 

Les profs de collège et de lycée s'attendent à devoir composer avec les règles de distanciation jusqu'à la fin de l'année scolaire. "Le vrai problème, c'est la qualité du travail à distance, ajoute Lionel. Ce n'est pas une question de technique, c'est pour des raisons beaucoup plus fondamentales". À Caen, Marine admet d'ailleurs qu'elle préfère encore quand ses profs lui envoient du travail. La visio, elle en a soupé ! À Rouen, Zélie abonde : "deux heures de SES ou de Français en visio, on les sent passer !"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets