• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Fin de la grève à Condé-sur-Sarthe : les surveillants de la prison reprendront progressivement le travail ce jeudi

la prison de Condé-sur-Sarthe ce mercredi 20 mars / © NC
la prison de Condé-sur-Sarthe ce mercredi 20 mars / © NC

Réunis en assemblée générale ce mercredi matin, les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe ont décidé d'arrêter leur mouvement de grève, débuté le 5 mars dernier après l'attaque terroriste dont deux de leurs collègues ont été victimes.

Par CM

Le blocage du centre pénitentaire de Condé-sur-Sarthe aura duré plus de deux semaines. Après l'attaque terroriste dont ont été victimes deux de leurs collègues le 5 mars dernier, les surveillants de l'établissement avaient décidé de se mettre en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Une réunion organisée le 14 mars dernier au ministère de la justice n'avait pas permis de sortir de la crise.
 


Ce mardi 19 mars, le directeur de l'administration pénitentiaire et  la directrice interrégionale se sont rendus sur place pour rencontrer les personnels et leurs représentants.
 

Au lendemain de cette rencontre avait lieu ce mercredi matin une assemblée générale. Les surveillants ont décidé de mettre fin à leur mouvement de grève.
 
Condé-sur-Sarthe : les surveillants votent la fin du blocage de la prison
Reportage de Nicolas Corbard et Marie Berthome

Ces derniers ont obtenu satisfaction sur une trentaine de points, la totalité de leurs revendications sur le plan de la sécurité (rien en revanche concernant les salaires ou le statut). La palpation des visiteurs devrait ainsi être mise en place au sein de l'établissement. Un cas unique en France, puisque le ministère de la justice refuse, pour le moment, d'inscrire cette mesure dans la loi. Un portique à ondes millimétriques, similaires à ceux que l'on trouve dans les aéroports et permettant de voir à travers les vêtements, devrait être installé. 
 

Les barreaux remplacés par des grillages

Les équipements vont être renforcés avec notamment l'arrivée de gilets pare-lame. Le réglement intérieur de l'atelier (pour l'instant surveillé par une seule personne) va être révisé. L'effectif de la prison devrait être renforcé : entre 20 et 25 surveillants stagiaires devraient rejoindre la prison de Condé-sur-Sarthe. Les locaux vont être réaménagés pour limiter les regroupements de détenus et les zones de contact entre détenus et surveillants. Des travaux de sécurisation vont être menés dans l'unité de vie familiale où a eu lieu l'attaque terroriste du 5 mars dernier. Les fenêtres des cellules, jusqu'à présent seulement équipées de barreaux, vont être grillagées. Les "salles de convivialité", des espaces communs de détente mis à la disposition des détenus vont être temporairement fermées. Leur fermeture définitive n'est pas à exclure.
 

Une nouvelle assemblée générale s'est déroulée en milieu de journée pour définir les modalités de la reprise du travail. Celle-ci sera effective ce jeudi 21 mars et sera progressive. L'établissement doit au préalable faire l'objet d'une fouille complète qui sera effectuée par les personnels de Condé-sur-Sarthe. Celle-ci concernea d'abord les espaces communs puis les cellules et devrait durer quatre jours. La prison retrouvera un fonctionnement normal en début de semaine prochaine.
 

"De l'enfumage"

Cette reprise du travail a été adoptée à une courte majorité. Chez le personnel, c'est déception qui domine. "C'est de l'enfumage, c'est 15 jours pour rien", a confié une surveillante à notre équipe sur place, "Il y aura encore des drames." Selon un responsable syndical, "la priorité pour l'administration pénitentiaire c'était d'etindre le feu à Condé pour ne pas que ça s'embrase ailleurs". Les personnels ont eu la garantie qu'il n'y aurait aucune sanction disciplinaire ni retenue sur salaire à l'issue de ce mouvement de grève. Un groupe de travail devrait également être mis en place pour travailler avec le ministère sur d'autres dossiers laissés en supens comme les salaires ou l'utilisation du taser.

A lire aussi

Sur le même sujet

L'origine des oeufs de Pâques - avril 2019

Les + Lus