Handi'chiens victime du confinement : "On a des chiens qui auraient pu être remis à des enfants mais c'est impossible"

Handi'Chiens forme des chiens d'assistance et d'accompagnement social qui partagent le quotidien de personnes malades ou handicapées. Mais le confinement a fragilisé cette association créée à Alençon en 1989. L'argent des donateurs se fait rare. 

Plus de 1000 chiens d'assistance viennent actuellement en aide à des personnes malades ou handicapées dans toute la France.
Plus de 1000 chiens d'assistance viennent actuellement en aide à des personnes malades ou handicapées dans toute la France. © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Les chiens aboient de nouveau. Le centre de formation a repris vie, presque normalement. Les éducateurs inculquent aux labradors et aux golden retriver les trucs du métier d'assistant ou d'accompagnant social.

"On essaye de réorganiser les formations. La difficulté, c'est que nous ne pouvons pas faire de rassemblement. On ne peut pas prendre le risque de mettre ensemble des personnes qui ont une santé fragile,"
explique Marie Wattiau, l'intervenante en médiation animale de l'association Handi'Chiens à Alençon.

Les stages de passation, qui permettent la rencontre entre l'animal et son nouveau maître, ne peuvent donc pas se tenir. "On a des chiens qui auraient pu être remis à des enfants atteints de myopathie. C'est impossible aujourd'hui". Les remises aux bénéficiaires initialement prévues en mai et en juin sont reportées à plus tard.
 


Le confinement a joué un sale tour à l'association. Handi'Chiens compte quatre centres de formation en France et un établissement destiné aux éducateurs. Pendant plus de deux mois, toute l'activité s'est arrêtée. Le personnel a été placé en chômage partiel. Les chiens sont retournés dans les familles d'accueil. Leur formation dans les centres a été interrompue. "C'est certain que le travail des chiens en a pâti," déplore Marie Wattiau. Ils ont repris leur apprentissage le 4 mai.

 

15 000 euros pour former un chien


Plus ennuyeux encore, l'épidémie qui a paralysé le pays a aussi contribué à gréver les budgets. "Beaucoup d'événements organisés à notre profit ont été annulés partout en France, explique Sophie Mary, la directrice du centre d'Alençon. Des lotos, des ventes de fleurs, des cross dans des écoles. Dans le nord, un Lion's Club organise chaque année un vente d'oeuvres d'art qui nous rapporte 30 000 euros. C'est annulé, et ils ne peuvent pas reporter". En temps normal, l'association bénéficie aussi de la générosité des donateurs. "Mais c'est bien naturel en ce moment, beaucoup reportent leur effort sur la recherche médicale".
 

Handi'Chiens n'a pas encore chiffré les pertes. Mais la situation est assez critique. "Si on n'arrive pas à compenser le manque à gagner au second semestre, le risque, c'est qu'on soit obligé de faire encore appel à du chômage partiel, mais cette fois pour des raisons financières." Personne au sein de l'association ne veut se résoudre à cette extrémité.
 

 

Moins d'argent, c'est moins de chiens formés, et donc moins de personnes aidées. Aujourd'hui, le délai d'attente pour les bénéficiaires est déjà de deux ans... 
Sophie Mary, directrice du centre Handi'Choiens à Alençon


Handi'Chiens redoute les conséquences de ce trou d'air. "Aujourd'hui, nous achetons les chiots qui seront opérationnels d'ici deux ans. Un chien formé coûte 15 000 euros, et c'est un principe, il est remis gratuitement au bénéficiaire, souligne la directrice. Il faut compter les frais vétérinaires, la nourriture, les frais de déplacement des familles d'accueil qui les hebergent chez eux pendant un an et demi, et la formation qui dure six mois dans les centres." L'association a donc entrepris de rappeler un à un ses donateurs réguliers en espérant pouvoir compter sur leur générosité. "Parce que la finalité de tout ce travail, c'est le sourire de nos bénéficiaires".
 

Soutenir nos projets - HANDICHIENS

Plus de 2200 chiens d'assistance remis à des personnes en situation de handicap. Votre soutien est essentiel, il rend possible notre projets et nos missions

 


Handi'Chiens recherche aussi des bénévoles, des volontaires. "Ce n'est pas le travail qui manque, insiste Marie Wattiau. On a toujours besoin pour entretenir les espaces verts, bricoler, fabriquer des jouets en bois pour les chiens. On cherche des gens qui ont du temps et du coeur" Et ce temps donné n'a pas de prix.

 

 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie politique réforme territoriale handicap société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter