• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Camionnette suspecte à Briouze: une enquête ouverte mais pas de paranoïa

© PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE
© PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE

Deux adolescents auraient été abordés il y a quelques jours par le conducteur d'une camionnette blanche à Briouze. Une enquête a été ouverte. Mais les autorités lancent un appel au calme après l'emballement suscité par l'information sur les réseaux sociaux.

Par CM

Le 27 février dernier, à Briouze, dans l'Orne, deux adolescents auraient été abordés, l'un le matin, l'autre l'après-midi, par un homme circulant à bord d'une camionnette blanche. A chaque fois, les deux jeunes garçons se trouvaient à un arret de bus. Le conducteur leur aurait proposé des bonbons. Dés le lendemain, les deux collégiens se sont rendus à la gendarmerie pour relater ces faits.

Ils ont également raconté leur histoire sur les réseaux sociaux, suscitant ainsi un certain emballement. Sur Facebook, des internautes indiquent avoir aperçu le véhicule à Trun, Vimoutiers ou Saint-Hilaire-de-Briouze. Certaines écoles des communes avoisinantes n'ont pas hésité à alerter les parents d'élèves.

Hugues de Phily, procureur de la République d'Argentan, confirme qu'une enquête a bel et bien été ouverte. Il indique que "ce conducteur n'a pas tenté quoi que ce soit de contraire à la loi mais ça ne veut pas dire que les faits ne sont pas pris avec sérieux".  Le colonel Pierre Baillargeat, commandant du groupement de gendarmerie départementale de l'Orne, met en garde contre l'utilisation des réseaux sociaux "qui créent une rumeur et qui créent une insécurité localement alors qu'elle n'a pas lieu d'être pour l'instant".

Camionnette suspecte à Briouze: une enquête ouverte mais pas de paranoïa
Deux adolescents auraient été abordés il y a quelques jours par le conducteur d'une camionnette blanche à Briouze. Une enquête a été ouverte. Mais les autorités lancent un appel au calme après l'emballement suscité par l'information sur les réseaux sociaux. Les interviews de Hugues de Phily, procureur d'Argentan, et du colonel Pierre Baillargeat. - H.Jacques/N.Corbard

 

Sur le même sujet

Graines de jardin 2019 à Rouen

Les + Lus