Le département de l'Orne revient aux 90 km/h

La commission départementale de la sécurité routière a donné un avis favorable au retour aux 90 km/h sur plus de 2000 kilomètres de routes dans l’Orne. Le premier panneau sera dévoilé le vendredi 12 juin par Christophe Debalorre, président du Conseil Départemental
 

La mesure entrera en vigueur à partir du 8 avril 2019, après la mise en place de la signalisation correspondante
La mesure entrera en vigueur à partir du 8 avril 2019, après la mise en place de la signalisation correspondante © SEBASTIEN BOZON / AFP

Ça y est, c’est acté. Les automobilistes pourront désormais rouler à 90km/h sur de nombreuses routes de l’Orne. Après le vote favorable, en septembre 2019, du département, la commission de la sécurité routière, présidée par la préfète, Françoise Tahéri, vient d’entériner les choses. 2307 kilomètres de bitume vont progressivement revenir aux 90km/h. 

carte des routes à 90km/h dans l'Orne
carte des routes à 90km/h dans l'Orne © France Télévisions/ Thomas Tourbier

Le premier panneau sera dévoilé vendredi 12 juin par le président du Conseil Départemental de l’Orne, Christophe De Balorre. Pour l’homme fort du Département, c’est un juste retour des choses après une loi incomprise de la France profonde jusqu’au sommet de l’Etat.

Le passage à 80 ressemblait plus à une opération du premier ministre que personne n’a comprise. Je crois même que le président de la République était très réservé sur le sujet ; ses propos le laissaient à penser. A notre niveau, on a considéré que c’était une décision pénalisante et humiliante pour les territoires ruraux

 

Près de 800 panneaux à installer pour un coût estimé de 250 000 euros

A la question du risque d’accidents supplémentaires avec cette hausse de la limitation de vitesse, Christophe De Balorre la balaye d’un revers de main en avançant ce contre-argument :

La conduite à 80 km peut entrainer des comportements dangereux avec des dépassements souvent lents et hasardeux. D’autre part, ce ne sont ni les excès de vitesse, ni l’état des routes qui génèrent les accidents les plus graves mais plutôt certains comportements à risque comme la consommation d’alcools et de stupéfiants 

 

Yves Gouasdoué dénonce "des fins électoralistes"

Nommé par Bernard Cazeneuve et reconduit par Edouard Philippe, le maire de Flers est depuis 2017 président du Conseil National de la Sécurité Routière. Selon lui, cette obstination du Conseil Départemental ne se justifie que par des fins électoralistes :

Le fait de remonter à 90, n’est ni une démarche scientifique, ni une démarche économique mais une démarche purement politique qui consiste à penser que la mesure ayant été impopulaire, il faut se rendre populaire en essayant de l’enrailler. Tout ça a été fait à des fins électoralistes avec en ligne de mire les élections cantonales et régionales en 2021. Dans la période qu’on vit, c’est sans doute ce qu’on fait de plus déplorable. En matière de sécurité routière, je n’ai jamais vu de mesure populaire, sauf que dans les années 70 on avait 17 000 morts par an et aujourd’hui on en a 3500. En plus, aller dépenser 300 000 euros en panneaux, faut quand même le faire !

 

L’association régionale de Prévention Routière devant le fait accompli

L’association de prévention routière en Normandie s’est toujours montrée défavorable à un retour aux 90 km/h sur les routes de la région. Selon son directeur régional, Arnaud Fasquel, les automobilistes auraient fini par s’habituer et le fait de couper court à cette expérience empêche toute analyse :

On était initialement défavorable au retour des 90km/h. On tient à préciser que sur le réseau rural, il y a bon nombre de routes où la vitesse à 90km/h n’est vraiment pas recommandée. Il y a de nombreux endroits piégeux. Une collision à 90 ou 80 km/h n’est pas du tout la même. La volonté de la Prévention Routière est que les tronçons susceptibles de passer à 90km/h soient bien étudiés, que certains puissent être équipés de bandes rugueuses  et qu’on identifie bien les possibles obstacles ou dangers pour l’automobiliste. Ce que regrette l’association, c’est qu’on n’a pas pris le temps d’évaluer l’effet du passage de 90 à 80km/h. La vitesse à toujours son mot à dire dans une collision 

 

 

Qu’en est-il dans les autres départements ?

Le Calvados, envisage également un retour partiel aux 90km/h. En concertation avec les maires, six mois d’études ont été nécessaires pour identifier 44 routes adaptées à ce changement soit l’équivalent de 393 kilomètres. Le 21 février, la Commission Départementale de la Sécurité Routière a émis un avis favorable.

Dans la Manche, un retour partiel était envisagé mais cette éventualité est aujourd’hui abandonnée.

A l’échelle de la France, 26 départements ont sauté le pas. L’Orne est dans le trio de tête en terme de kilomètres de route à 90km/h.

Corrèze : 4 700 km (totalité du réseau précédemment à 90)

-Cantal : 4 000 km (totalité du réseau précédemment à 90)

-Orne : 2 046 km

-Côte-d’Or : 1050 km

Vert: les départements qui repassent à 90km/h. Rouge: les départements qui restent à 80km/h. Blanc: les départements qui ne se sont pas positionnés.
Vert: les départements qui repassent à 90km/h. Rouge: les départements qui restent à 80km/h. Blanc: les départements qui ne se sont pas positionnés.

https://www.liguedesconducteurs.org/legislation/retrait-du-80-12-918-kilometres-repasses-a-90-km/h-en-france-derniere-mise-a-jour

Pour rouler à 90 km/h, il est impératif que les panneaux autorisant cette vitesse soient posés sur les bords de route. Bien évidemment, tant qu’ils ne sont pas visibles, c’est donc la vitesse réglementaire à 80km/h qui reste en vigueur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie politique sécurité routière société sécurité accident faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter