Mais que va devenir le lac emblématique de Bagnoles-de-l'Orne ?

Dimanche 8 octobre, les habitants de Bagnoles-de-l'Orne (Orne) étaient invités à se prononcer sur le futur du lac de leur commune. Malgré une réponse positive au projet de désenvasement, le trop faible taux de participation empêche de valider le résultat.

Quel futur pour le lac de Bagnoles-de-l'Orne ? La question reste toujours sans réponse au lendemain du référendum organisé dans la cité thermale dimanche 8 octobre 2023. Moins de la moitié des électeurs se sont prononcés sur le projet de désenvasement porté par la mairie. Ce sera au conseil municipal de trancher.

Il fallait 50% de participation. Finalement, seuls 47% des électeurs bagnolais se sont déplacés au bureau de vote. "Forcément, c'est un regret. Mais quand on voit les taux de participation dans les élections nationales ou locales, je ne peux pas dire que je suis surpris", réagit le maire Olivier Petitjean, au lendemain du vote.

Depuis le printemps 2023, ce dernier propose de réaménager le lac en le déconnectant de la rivière de la Vée par une digue. Un projet qui éviterait de devoir désenvaser le lac tous les dix à quinze ans comme c'est le cas actuellement, la Vée apportant son lot de sédiments au lac. 

D'après les défenseurs du projet, ce désenvasement sera à l'avenir refusé par les services de l'État. En clair, autant anticiper les choses et proposer dès à présent un réagencement du plan d'eau situé au cœur de la ville.

"Ce référendum, c'est l'aboutissement d'une démarche qu'on a voulue participative. Avec des débats, une promenade autour du lac pour permettre un contact direct avec la population ou encore la mise en place de panneaux dans les jardins pour expliquer le projet", continue Olivier Petitjean.

Pour l'opposition, pas touche au lac !

Mais cette idée n'est pas au goût de tout le monde. Dans un premier temps parce que le projet, estimé à trois millions d'euros, entraînerait une réduction de la taille du lac qui fait la fierté de la commune. Dans la cité thermale de 2 000 habitants, certaines voix plaident pour laisser le lac tel quel.

Après le résultat du référendum, la conseillère municipale d'opposition Nadine Belzidsky a tenu a calmer les ardeurs du maire. "Le 'oui' l'a emporté mais très médiocrement. Il y a une part de 'non' qui n'est pas négligeable. Je remarque que beaucoup de Bagnolais trouvent comme moi que ce n'est pas un bon projet. Personnellement, je le trouve inquiétant."

La conseillère municipale anticipe deux conséquences que pourrait amener la déconnexion du lac à la Vée. "Le lac, qui va perdre un tiers de sa taille alors qu'il n'est déjà pas très grand, sera rempli par les eaux de pluie. Mais avec le changement climatique, il va surtout s'assécher ! Aussi, la digue est en fait un nouveau lit en béton pour la rivière, qui quitte alors son tracé naturel. Avec l'accumulation de pluies violentes, on risque d'avoir des inondations."

La municipalité vante un projet "indispensable"

"Ce projet est pourtant nécessaire et indispensable pour construire l'avenir, mais aussi pour l'écologie et l'environnement", martèle le maire de la cité thermale qui se réjouit de voir que 60% des suffrages exprimés sont en faveur de son projet. Le référendum a désormais la valeur d'un avis au conseil municipal qui ne compte que deux conseillers d'opposition et dont la prochaine session se tiendra mi-octobre.

"Nous allons entériner la solution puis engager les démarches administratives pour lancer le projet. Il va continuer à se construire, je le souhaite, avec cet esprit de concertation que nous avons depuis le début", espère Olivier Petitjean.

Je suis content de pouvoir continuer ce projet, même s'il n'a pas été facile de défendre face à des oppositions parfois véhémentes.

Olivier Petitjean

Maire de Bagnoles-de-l'Orne

L'édile prévient : "C'est un dossier qui sera long administrativement avant les premiers coups de pelleteuse ! Les travaux de désenvasement et d'aménagements ne devraient pas débuter avant 18 mois. En tout cas, je suis content de pouvoir continuer ce projet, même s'il n'a pas été facile de défendre face à des oppositions parfois véhémentes."

Dans le viseur du maire, l'opposition au conseil municipal mais aussi l'association "Les Amis de Bagnoles-de-l'Orne", créée au printemps 2023 lorsque le projet a été présenté aux Bagnolais et Bagnolaises. "Ils ont surtout été là pour dézinguer le projet", tacle Olivier Petitjean. Contactée, l'association n'a pas encore répondu à nos sollicitations. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité