Mort d'un ancien joueur de l'équipe de France au destin tragique, Patrice Lecornu

Ancien international français au début des années 80, Patrice Lecornu est mort. Portrait d'un footballeur normand à la vie marquée par les tragédies.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il est l'un des rares Bas-Normands, le seul Ornais avec Fabrice Poullain, à avoir porté le maillot de l'équipe de France de football. C'était entre les coupes du Monde 78 et 82, ses coéquipiers en bleu s'appelaient Platini, Lacombe, Bossis ou Trésor. Patrice Lecornu n'avait pas eu un parcours aussi linéaire que ces futurs champions, mais il était arrivé au sommet. La vie décida qu'il n'y resterait pas longtemps. 

Né à Flers en 1958, Patrice Lecornu a grandi et commencé le football à Saint-Clair-de-Halouze. Son talent est repéré lorsqu'il est adolescent. À 15 ans, il signe aux PTT Caen, dont l'équipe fanion évolue alors en 3ᵉ division. Recruté ensuite par Roger Lemerre au Red Star, il y éclot au plus haut niveau, avant de passer par Angers, et Nantes, puis de revenir dans le club francilien terminer sa carrière… à seulement 27 ans. 

Une vie marquée par des tragédies au volant

Repéré par les radars de la FFF alors qu'il joue encore en Normandie, Patrice Lecornu devient international junior, puis espoir, avant d'être appelé avec les "grands Bleus". Il n'a alors que 21 ans. C'est une des révélations de première division, sous le maillot d'Angers. Avec l'équipe de France A, il joue contre les États-Unis (1979), la Grèce (1980) et le Brésil (1981). La suite de sa carrière, à Nantes, vice-champion de France, doit s'écrire en lettre d'or. Il n'en sera jamais ainsi.

Dès son arrivée sur les bords de la Loire, Lecornu est victime d'une grosse entorse du genou. Lorsqu'il revient quelques mois plus tard, un accident de la route endommage un peu plus ce même genou. En revenant au domicile où il a grandi, à Saint-Clair-de-Halouze, il est percuté par une voiture conduite par des religieuses. Il garde des séquelles à vie et ne retrouve plus jamais son niveau d'avant ce drame.

Toutefois, il évite la mort, contrairement à sa mère et son frère, quelques années plus tôt. Tous deux sont décédés dans deux accidents de voitures différents, mais dans des circonstances similaires, en rentrant chez eux après un match de Patrice.  

Pigiste au PSG, légende au Red Star

Lorsque à 27 ans, il est contraint de raccrocher les crampons, Patrice Lecornu décide de rester dans le football. Il sera éducateur, formateur, entraîneur. La majeure partie de sa vie d'après se passe au Red Star. Il prend tour à tour les rênes de l'équipe réserve, de l'équipe fanion, puis du centre de formation.

Pendant près d'une décennie, il contribue à l'éclosion de grands noms du ballon rond : Marlet, Fadiga, Meïté, Itandje. Il tente ensuite l'aventure PSG, de 2000 à 2005, là aussi comme directeur du centre de formation. Pigiste au Paris FC et à Saint-Leu, il termine sa carrière au Red Star. À l’instar de sa carrière de joueur, sa retraite ne dure pas longtemps. Touché par la maladie, il s'est éteint à 65 ans, le lundi 2 octobre 2023.