Hôpital de l’Aigle : la tension sociale toujours présente

Une partie des salariés de l'Hôpital de l'Aigle dénoncent la suppression de 25 postes en 2018. / © F3Normandie
Une partie des salariés de l'Hôpital de l'Aigle dénoncent la suppression de 25 postes en 2018. / © F3Normandie

Le directeur de l'Hôpital de L'Aigle présentait ses vœux ce vendredi 26 janvier. L'occasion d'inaugurer un nouvel espace détente dédié aux patients. Dans le même temps, une partie du personnel était en grève pour protester contre la réorganisation des services et les suppressions de poste.

Par F3Normandie

Ce vendredi 26 janvier, un espace neuf était inauguré hier à l’Aigle dans l’Orne. Il sera entièrement dédié aux usagers et devrait permettre de faire le lien entre l’hôpital et la ville.Une fierté pour le directeur, Karim Amri, arrivé à l’Aigle il y a seulement un an. Mais cette année encore la situation financière de l’hôpital est tendue. L’établissement accuse un déficit de 5 millions d’euros. Le directeur explique : « Sur un plan purement budgétaire c’est encore compliqué. Mais sur un plan dynamique, l’hôpital a tourné la page d’un cycle négatif.»


En un an le centre hospitalier de l’Aigle a recruté une douzaine de médecins et a vu son projet d’établissement validé par l’Agence régionale de santé (ARS). Mais, pour les syndicats, en grève hier, les sacrifices sont trop importants. Le délégué CGT de l'hôpital de L'Aigle, Marc Provost, déplore : « qu’on  [soit] sur une gestion purement comptable et technocratique de l’hôpital. Le but est de ramener l’hôpital à l’équilibre financier. Le directeur lui-même annonce vingt-cinq suppressions de poste. Il nous explique que ce n’est pas suffisant qu’il en faudrait cinquante. »


Reportage de Nicolas Corbard et Damien Migniau:


Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus