Sécheresse: le sud du département de l'Orne en situation de “crise”

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Depuis plusieurs semaines, des restrictions d'eau sont en vigueur dans le département de l'Orne. Une réunion a eu lieu ce mardi en préfecture. La situation nécessite la mise en place de mesures encore plus draconiennes dans certains secteurs.

Par CM

Dés le début du printemps, les hydrologues ont tiré la sonnette d'alarme. L'hiver particulièrement sec n'a pas permis à bon nombre de nappes phréatiques de se recharger suffisamment. Les premières mesures de restriction d'eau ont été mises en place avant l'été, comme dans le département de l'Orne, le 1er juin. Au fil des semaines, l'usage de cette ressource a été de plus en plus encadrée. 

En Normandie, certains secteurs de l'ex Haute-Normandie, dans l'Eure et en Seine-Maritime, sont déjà classés en "crise", le niveau maximal d'alerte requérant les restrictions les plus draconiennes. Le département de l'Orne va à son tour devoir mettre en place de telles mesures. Le sujet était à l'ordre du jour de la réunion du comité sécheresse qui s'est déroulée ce mardi après-midi en préfecture.

"Notre critère pour estimer la situation hydrologique du département c'est le débit des rivières, parce que sur le niveau des nappes phréatiques nous n'avons pas de données très anciennes, ce qui ne nous permet d'avoir une idée sur le caractère exceptionnel ou non du niveau des nappes cette année", explique Denis Gandin, chef du service aménagement en environnement de la DDT de l'Orne, "par contre, sur les débits des cours d'eau on a de longues séries de données qui nous permettent de savoir qu'on est vraiment sur une sécheresse à carcatère exceptionnel cette année".

Une amende de 1500 euros pour les contrevenants

Il a donc préconisé lors de cette réunion le passage en niveau 4, le niveau maximal, pour les mesures de restriction d'eau. Concrètement, seuls les usages liés à l'eau potable (boire, manger pour les humains et les animaux), à l'hygiène (se laver) et à la sécurité incendie sont autorisés. Plus de lavage de voiture ou d'arrosage du jardin pour les particuliers (à l'exception des potagers, le soir), plus d'irrigation pour les agriculteurs et du chômage technique pour les stations de lavage. Tout contrevant est passible d'une amende de 1500 euros.

Ces mesures concernent deux secteurs bien particuliers: le bassin de la Mayenne, autour de Juvigny, et le bassin de la Sarthe, autour d'Alençon et du Mesle-sur-Sarthe.  L'arrêté préfectoral devrait être pris dans la soirée. Ces mesures resteraient en vigueur jusqu'au 15 novembre selon les précipitations.

Sur le même sujet

Festival Ouest Park au Havre

Les + Lus