• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les professionnels préparent la révolution du camembert

Le monde du "Camembert de Normandie" s'est réuni ce vendredi dans le Pays d'Auge pour préparer sa révolution
Le monde du "Camembert de Normandie" s'est réuni ce vendredi dans le Pays d'Auge pour préparer sa révolution

Un accord conclu le 21 février dernier a donné naissance à deux appellations de camembert. Producteurs de lait, transformateurs et industriels se sont retrouvés ce vendredi dans une exploitation du Pays d'Auge pour préparer la mise en oeuvre de cette révolution programmée pour 2021.

Par CM

Du lait pasteurisé dans le camembert de Normandie ? Chez certains puristes, la nouvelle a eu du mal à passer, coincée en travers de la gorge. L'accord de principe conclu le 21 février dernier entre les industriels et les producteurs de Camembert au lait cru AOP de Normandie constitue une véritable révolution. En 2021 coexisteront deux appellations:
  • l'AOP "Véritable camembert de Normandie", le haut de gamme, fabriqué au lait cru et moulé à la louche avec 70% de lait de vaches normandes nourries à l'herbe et au pré
  • le "Camembert de Normandie", pasteurisé ou au lait cru avec 30% de lait de vaches normandes ayant pâturé au moins six mois.
Les promoteurs de cette nouvelle appellation parlent d'une montée en gamme. "Pour moi, c'est le départ d'un chemin qualitatif", estime Patrick Mercier, président de l'AOP Camembert, "Quand on est sur une échelle qualitative, si on ne monte pas les barreaux, on se retrouve rattrapé par les autres. On a décidé de choisir l'échelle qualitative pour le camembert de Normandie. Pour moi, c'est une progression sans fin". 

Tous les acteurs impliqués dans le camembert de Normandie se sont retrouvés ce vendredi 4 mai dans le Pays d'Auge pour préparer cette ascension de "l'échelle qualitative": des producteurs, industriels ou artisanaux mais aussi des représentants de la filière laitière. Car, si 5500 tonnes de fromage sont produites chaque année sous l'actuelle AOP, le nouveau cahier des charges pourrait potentiellement porter la production à 40 000 tonnes. Il faudra donc fournir plus de lait de vaches normandes. Une opportunité pour les éleveurs laitiers qui comptent bien  mieux valoriser leur production.

Reportage de Jérôme Raguenau et Erwan de Miniac

Les professionnels préparent la révolution du camembert


Intervenants:
Bruno Lefèvre, directeur général des Fromageries Graindorge (groupe Lactalis)
Jocelyn Pesqueux, président de l'interprofession laitière normande
Patrick Mercier, président de l'AOP Camembert

A lire aussi

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus