Sécheresse : les balades en canoë-kayak continuent partiellement en Suisse normande

Publié le
Écrit par Kanwaljit Singh .

​Le niveau de l’Orne est au plus bas entre Pont-d’Ouilly et Clécy en Suisse normande alors que c'est la pleine saison pour les professionnels. Certains loueurs ont dû arrêter leur activité. D'autres peuvent continuer grâce aux barrages sur le cours d'eau.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Il fait chaud, il fait beau. La météo parfaite pour une balade sur l'Orne en Canoë-Kayak. Des touristes se préparent, gilets de sauvetage sur le dos et palmes à la main, pour une descente du cours d'eau : "avec mes amis, on vient profiter de la fraîcheur de l'eau, on a hâte" nous explique l'un d'entre eux. Heureux, ils se lancent pour un parcours de 5 kilomètres allant de Pont-d'Ouilly à La Courbe. Pourtant, en partant de chez eux ce matin, ils visaient la balade de 13 kilomètres. Celle qui débute à Pont d'Ouilly et qui se termine à Clécy. Mais une partie de ce parcours est fermé à cause des cours d'eau bas dans le département, impraticable à cause de la succession de vagues de chaleur et le manque de précipitations.

Des loueurs suspendent leur activité

Une partie des professionnels du secteur des loisirs nautiques en Suisse normande a donc décidé de suspendre leur activité face au niveau bas de l'eau. C'est le cas de Damien Renault
loueur à Clécy: "c'est un niveau d'eau de fin de saison là, on a passé un accord avec les loueurs de l'association de Suisse Normande. Sur certains passages de la descente les visiteurs seraient obligés de se mettre à pousser les canoë-kayak et racler le sol avec les rames pour avancer, ça fait 12 ans que je travaille ici, je n'ai jamais vu ça. Ce n'est pas viable pour la nature de continuer l'activité nautique alors on a décidé d'arrêter pour le moment". Une décision qui n'est pas sans conséquence puisqu'ils s'arrêtent en plein milieu de la saison estivale: "c'est un coup dur, on s'arrête tôt dans la saison, c'est une perte financière considérable" nous confie-t-il.

Des ouvrages sur l'Orne sauvent l'activité d'autres loueurs

Si certains ont décidé d’arrêter pour le moment leur activité nautique, la plupart des structures continuent d’accueillir des clients avec les aménagements de l’Orne. C'est notamment le cas de la base de loisirs de Pont d'Ouilly dans le Calvados où le niveau de l'eau n'a presque pas bougé grâce au barrage de Pont d'Ouilly. Un bassin entre 1 et 4 mètres de fond qui permet une retenue d’eau suffisante. Pour Ludovic Lecerf, directeur de Pont d'Ouilly Loisirs : "on a beaucoup de chance d'avoir ces retenues d'eau importante sur le fleuve. En cette période de sécheresse les barrages nous permettent de poursuivre l'activité sur certains tronçons".


Depuis 20 ans, de nombreux ouvrages sont arasés partout en France pour des raisons environnementales. En aval du barrage de Pont d'Ouilly, plusieurs petits barrages ont été détruits ces dernières années, avec l’idée de redonner un cours plus naturel au fleuve. Ludovic Lecerf estime qu'il faut sensibiliser la population et avoir une réelle réflexion autour des barrages puisqu'ils permettent de réguler le débit d'eau : "avec les vagues de chaleur à répétition, on s'aperçoit aujourd'hui que les cours d'eau baissent de plus en plus. On avait pu voir cela ici en 2017 mais ce n'était pas aussi intense. Les barrages permettent aussi aux poissons de se réfugier dans ces zones. En pleine période de sécheresse, leur utilité fait réfléchir pour sauver la faune et flore".  

Malgré cette solution temporaire des barrages, l’absence de précipitations et la hausse des températures dans les semaines à venir, laissent planer le doute sur la poursuite de l’activité. Les loueurs espèrent que la pluie sera bientôt au rendez-vous, le mois d'août étant le mois le plus important en terme de revenus pour ces professionnels. Le niveau « alerte » actuel les autorise à continuer leur activité, jusqu’aux prochaines indications préfectorales mais tous espèrent pouvoir continuer à travailler jusqu’au 31 août. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité