850 renards menacés de destruction dans un département normand

La préfecture de Seine-Maritime projetterait de renouveler en 2020 son arrêté qui autorisait les tirs de nuit de renards pendant toute l’année 2019. La période serait toutefois réduite à 3 mois. L'association pour la protection des animaux sauvage s'insurge.
© ZUMA PRESS/MAXPPP
Les amoureux de "Rox et Rouky" ont du souci à se faire. Les renards normands sont en danger, menacés par la loi.
Comme l'Eure, son département voisin, la Seine-Maritime veut combattre cet animal, considéré par certains comme un nuisible. C'était le cas en 2019, ça pourrait l'être en 2020, avec une limite fixée à 850 renards, et sur une période de 3 mois de tir autorisé. 
.
Le renard a mauvaise réputation parfois et serait une menace pour les élevages avicoles. Il est accusé par les agriculteurs de s'attaquer aux élevages de volailles en plein air. Les chasseurs lui reprochent de leur faire concurrence en s'attaquant au petit gibier (lapins, perdrix ou encore faisan, dont il serait la 1ère cause de mortalité selon la Fédération des chasseurs de la Loire).

Résultat, entre 600.000 et 1 million d'individus sont tués chaque année en France, notamment par des tirs de nuit.
 

Une jurisprudence en faveur du renard


Mais le renard a aussi des défenseurs, comme l'ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages).
Et des arguments en sa faveur : un rôle important dans la régulation des rongeurs en campagne et donc indirectement des cultures (campagnols, mulots, souris, ou encore rats) mais aussi dans la lutte contre la maladie de Lyme en consommant les rongeurs sur lesquels vivent les tiques pouvant transmettre cette maladie.
 
L’ASPAS, qui vient de faire annuler un arrêté similaire de tirs de nuit dans la Somme, a attaqué l’arrêté du préfet 2019 de la Seine-Maritime , mais attend toujours la date de l’audience.
L'association a déjà obtenu l'annulation de plusieurs arrêtés similaires un peu partout en France, notamment dans l'Eure donc.

Une consultation publique a lieu jusqu'au 10 février 2020. Il faut écrire à l'adresse mail suivante : ddtm-srmt-bnfdr@seine-maritime.gouv.fr en précisant la mention «consultation sur la régulation du renard en tirs de nuit par les lieutenants de louveterie de la Seine-Maritime de février à mai 2020».
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement animaux justice société