Quatre Normands font un tour du monde à vélo. Un voyage à but humanitaire pour amener l'eau à ceux qui n'en ont pas. Ils sont actuellement en Malaisie. La seule fille du quatuor, Pétronille, nous raconte leur périple et leurs rencontres.

Hugo, William, César et Pétronille ont déjà parcouru 7000 kilomètres à vélo. Ce samedi, ils s'arrêtent dans un village de Malaisie. Les quatre Normands vont à la rencontre des habitants et se mettent à construire des toilettes pour plusieurs familles aux côtés de l'ONG Global Peace Foundation.

Parcourir 25 000 kilomètres sur leur vélo pour apporter de l'eau à ceux qui n'en ont pas, c'est l'aventure à but humanitaire dans laquelle se sont lancés ces quatre amis d'enfance. Deux d'entre eux viennent de Bayeux (Calvados), un de Creully (Calvados) et le dernier de Cherbourg (Manche). Malgré les différents chemins qu'ils ont emprunté après le lycée et leurs études respectives, ils décident de se retrouver pour monter ce projet fou.

L'accès à eau : une cause qui leur tient à cœur 

Les hivers humides, les périodes de sécheresses à répétitions.. ces événements climatiques interpellent les Normands : "Comme tous les Français, l'été dernier, nous avons malheureusement pu voir les paysages de notre région jaunis par le soleil et le manque de pluie. Pire encore, nous avons aussi été
témoins des incendies brûlant des dizaines d’hectares de blé dans les grandes plaines caennaises", nous explique Pétronille.
L'eau devient donc la cause pour laquelle ils veulent s'engager. 

Ensemble, ils cherchent un projet qui a du sens. Une sorte de tribune pour se faire entendre et interpeller les gens. Alors quoi de mieux que de se lancer dans un périple de 25 000 kilomètres à vélo à travers le monde avec l'objectif d'offrir l'accès à l’eau potable à des habitants qui souffrent tous les jours de ce manque.

"Ce moyen de transport nous permet de donner du poids à notre parole, nous souhaitons marquer les esprits. Et puis ça suscite la curiosité sur les routes, ce qui nous permet plus facilement d'échanger avec les personnes que l'on rencontre"

Pétronille

Membre de Cycle for Water

Ils s'élancent donc dans un challenge sportif nommé "Cycle for Water" en novembre dernier. La Nouvelle-Zélande, Singapour ou encore l'Indonésie, depuis cinq mois, les quatre amis de toujours pédalent encore et toujours.

Un rythme qui varie en fonction du pays et des missions qu'ils doivent réaliser. Ils se lèvent aux aurores, prennent leur sac à dos et enfourchent leur vélo : "On débute notre étape sur une distance de 80 à 100 kilomètres". À chaque fois ils découvrent un lieu, un climat, des paysages étonnants et surtout une nouvelle population avec une problèmatique.

"On a vécu durant quelques jours dans le village Orang Asli, en Malaisie. Nous avons aider les habitants à développer l'agriculture syntropique. On les a aussi aidé à amener l'eau dans un collège"

Pétronille

Membre de Cycle for Water

Ils rencontrent aussi des ONG et prennent conscience de l'importance de leur travail face aux enjeux des traitements de l'eau, de l'accès aux sanitaires. 60% de la population mondiale ne dispose pas de services d'assainissement.


Une aventure humaine

Aider les habitants, les équiper en sanitaires et en eau potable mais aussi s'adapter aux personnes qu'ils rencontrent, comprendre leurs besoins, c'est devenu le quotidien d'Hugo, William, César et Pétronille. Des différences culturelles qu'ils partagent et des liens qui se créent au fur et à mesure de leur aventure : 

"Nous vivons beaucoup d'émotions fortes. Nous rencontrons de nombreuses personnes sur notre route et les relations que nous nouons avec elles sont souvent intenses. Les 'au revoir' sont souvent durs"

Pétronille

Membre de Cycle for Water

À la recherche de financements

Le matériel personnel, les logements et la nourriture sont financés par une vingtaine d'entreprises dont plusieurs normandes. Les quatre Normands collaborent avec 4 ONG en Asie. Ils collectent des fonds -via un financement participatif- pour mener les projets sur place (installation de pompes à eau solaire, construction de toilettes, reforestation, sensibilisation des jeunes générations aux enjeux liés à l'eau…).

Pour le moment, seuls 13 067 euros ont été récoltés sur les 34 000 espérés. Ils espèrent obtenir plus de dons sur le site internet de Cycle for Water.

Des dons nécessaires pour continuer à aider ces habitants du monde privés d'eau potable. En attendant, ils continuent à sillonner les routes à vélo pour défendre la cause de "l'eau" : "Nous sommes emplis de gratitude" confie Pétronille. Leur aventure d'une vie se terminera en février 2024.