Dieppe : pas de télétravail à la mairie malgré les recommandations du gouvernement

Le maire de Dieppe souhaite mettre tous les agents de la ville de Dieppe sur un pied d'égalité. Malgré les recommandations du gouvernement à privilégier le télétravail, Nicolas Langlois a décidé que le travail sur place serait la règle. Par solidarité dit-il.
Le service public est une notion très importante pour la ville de Dieppe, si importante que Nicolas Langlois ne se voit pas priver les dieppois d'un accueil en mairie pendant le confinement. 
Pourtant, "le télétravail n'est pas une option mais une obligation" selon la ministre du travail Elisabeth Borne.
Bien que le télétravail soit donc très fortement conseillé par le gouvernement qui tente de faire reculer l'épidémie en confinant les populations, la ville de Dieppe a demandé à ses agents de travailler sur place. 
Une décision totalement assumée par le maire de la ville.

Je ne voulais pas que les agents d'exécution, ceux qui balaient, ceux qui entretiennent les espaces verts, ceux qui sont dans les crèches et les écoles pour accueillir nos enfants, les policiers municipaux qui veillent à notre sécurité, eux soient sur le terrain pendant qu'une autre partie serait protégée. Le service public doit faire bloc.

Nicolas Langlois, maire de Dieppe

C'est ainsi que les conditions de travail n'ont pas changé à la mairie malgré le confinement.
Chacun est à son poste, masqué, et tenu de respecter distance sociale et gestes barrières.
Certains horaires ont tout de même été aménagés pour limiter le nombre de personnes dans les bureaux.
 
Pas de télétravail à la mairie de Dieppe par souci "d'égalité" ©France 3 Normandie

La décisison est jugée incompréhensible par les représentants du personnel.

On ne peut pas comprendre pourquoi les agents qui sont dans des bureaux partagés, en contact entre eux, sont encore présents. On était peu touchés à Dieppe à la première vague de contamination, maintenant on est touchés

Dominique Lesueur, représentant CFDT Dieppe

Toujours d'après ces représentants du personnel, aucun agent de la ville n'avait été testé positif au Covid lors du premier confinement, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Lors du premier confinement en mars dernier, Nicolas Langlois fraichement réélu maire de Dieppe, avait souhaité "montrer l'exemple" en restant chez lui, sortant très peu disait il à nos confrères des Informations Dieppoises qui l'interrogeaient, et travaillant à distance.
Le maire avait alors "maintenu à domicile un maximum d'agents" : les agents à la santé fragile, les plus agés, les femmes enceintes, et ceux qui devaient garder leurs enfants.
Autre temps, autre moeurs !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19