Dieppe : un réseau de caméras surveille la ville

© France
3 Normandie
© France 3 Normandie

 Attendues depuis longtemps par la police dieppoise, 6 caméras de vidéosurveillance viennent d'être installées en centre-ville et à Neuville. Leur objectif est clair : aider à la prévention de la délinquance et à résoudre des enquêtes.

Par Catherine Lecompte

La sous-préfecture de Dieppe et la police locale étaient unanimes sur cette requête et elles ont été cette fois entendues. Après de nombreuses discussions au sein de la majorité municipale, la ville a finalement décidé de mettre en place un système de vidéo-surveillance en centre ville. 

Les six caméras, dites nomades, ont été installées début octobre et sont opérationnelles depuis le 14 octobre 2019 sur cinq sites. Plusieurs quartiers sont concernés comme celui du Puits-Salé à l’angle de l’immeuble de la rue du 19-Août-1942 et de la Grande-Rue. On peut désormais y voir un gros boîtier blanc muni de deux objectifs.

Même équipement  au niveau de la fontaine du quai Henri-IV, sur le front de mer, dans le quartier Saint-Jacques-Sainte-Catherine-espace Ventabren, derrière l’église, et dans le parc paysager de Neuville.
Le dispositif a coûté 102 000 €, financé par la Ville à 75 % avec une aide du Département et de l’État.

Les images ne devraient pour l'instant être utilisées qu'en cas d'agression ou de vol et surtout lorsqu'une procédure judiciaire est ouverte. A première vue, cette installation a tendance à rassurer certains dieppois mais à condition de ne pas "tomber dans l'excès".
Une opinion partagée par de nombreux commerçants locaux.   

Pour la mairie, ce choix est utile et ne doit pas inquiéter la population outre mesure.

« Les caméras ne font pas tout, insiste Nicolas Langlois, le maire de Dieppe. Elles contribuent à la tranquillité publique, mais il y a aussi tout le travail des acteurs de terrain que sont la police nationale, la police municipale, les agents de la tranquillité et les associations de prévention comme le Foyer Duquesne. » L’élu dit vouloir agir en matière de sécurité « avec pragmatisme et sans dogmatisme ».

 

dieppe a son réseau de télésurveillance


Des caméras qui voyagent d’un emplacement à l’autre

Ces caméras nomades ont la particularité de pouvoir être déplacées. Mais attention, l’arrêté municipal qui réglemente leur installation, leur attribue un emplacement très précis et elles ne peuvent être déplacées que dans un périmètre établi au préalable.
La caméra nomade étant destinée à être installée à divers endroits, sa manipulation est donc aisée, qu’il s’agisse du poids, du système de fixation et des réglages en fonction des zones de protection.
Ces caméras sont également autonomes et fonctionnent avec un système wi-fi.

Aucun centre de visionnage n'est prévu. Pas de surveillance permanente donc mais un outil supplémentaire de prévention de la délinquance.

Pour le sous-préfet de Dieppe, Jehan-Eric Winckle, "ce type de dispositif est évidemment très encadré. Si on n'a rien à se reprocher, on n'a rien à craindre quant à l'utilisation des images. Elles sont détruites au bout de trente jours dès lors qu'elles ne sont pas demandées pour les besoins d'une enquête. Et personne ne peut les voir sans qu'une procédure soit ouverte. Dans ce cas, seuls les policiers, le juge d'instruction et l'avocat de la défense seront autorisés à les visionner."




 

Sur le même sujet

Rallye automobile Père et fille (25'40) Vachement Normand - octobre 2019

Les + Lus