Entre les compétitions et les entraînements, le champion normand estime avoir déjà parcouru deux fois le tour de la terre en kilomètres cumulés. Pas de quoi user le corps et l’esprit du Dieppois qui est, à 34 ans, au sommet de sa forme.

"Rien ne sert de courir, il faut partir à point". L’adage est connu et il illustre parfaitement la carrière du marcheur Kévin Campion. A Munich, le 20 août dernier, il a signé la plus belle performance de sa carrière : 20 km parcourus en 1 heure 20 minutes et 47 secondes, un temps qui le propulse aux 6ème rang des marcheurs européens. Un classement que le Normand a paradoxalement mis longtemps à savourer.

"A la fin de la course je ne suis pas content ! Je vais vers ma femme et mes enfants et je leur dis que je ne suis pas fatigué. Ce n’est pas normal de finir frais après 20 km de marche ! Soit on donne tout, soit ça ne sert à rien d’y aller ! J’avais ce sentiment là…"

Face aux juges gare aux faux pas

Dans une forme olympique ce jour-là, Kévin Campion a dû ralentir sa course pour éviter une disqualification. Intraitables les juges ont estimé que l’athlète avait décollé ses deux pieds du sol et l’ont rapidement sanctionné de 2 cartons rouges. Coupé en plein élan, il préfère lever le pied avant la pénalité.

"Les juges observent à l’œil nu nos mouvements, il y a forcément une part de subjectivité et on atteint aujourd’hui de telles vitesses (17 km/h) qu’il est difficile de ne jamais avoir les deux pieds en suspension mais ce sont les règles et ça fait partie de notre sport. Après mes 2 cartons (ndlr : 3 cartons engendrent une pénalité de temps), j’ai joué la prudence alors que certains de mes concurrents ont pris des risques. Est-ce que j’aurais dû prendre plus de risques, ça on ne le saura jamais….C’est ce qui m’a déçu à la fin mais finalement je suis très heureux de cette 6ème place"

Paris 2024, dernier challenge en ligne de mire

En Allemagne, le meilleur marcheur français avait la possibilité de battre son record personnel et peut-être de décrocher une qualification directe pour les prochains championnats du monde mais ces faits de courses ont rendu cette mission impossible. D’abord frustré, il a fini par positiver. Jamais il n’avait réussi une si belle performance dans un grand championnat.  Un scénario inespéré après un début d’année parasité par les blessures. Aujourd’hui il a retrouvé un second souffle qui s’avérera capital pour être JO de Paris en 2024.

Je suis quelqu’un d’un peu fragile, du coup si je ne fais pas de grosses performances, tout de suite et tout le temps, j’ai tendance à dire que je suis nul et avant ces championnats d’Europe j’étais très nul et là ça m’a bien reboosté ! J’ai retrouvé une surmotivation pour les JO, Paris arrive c’est demain et pas question de passer à côté de ces jeux la ! 

Kévin Campion, spécialiste du 20 km marche

Après de courtes vacances, le marcheur a repris le chemin de l’entraînement et va multiplier les stages en altitude avec l’objectif d’améliorer encore et toujours ses performances.  Pour participer à ses 3ème JO, le Normand devra battre son record personnel ou se classer parmi les 20 meilleurs marcheurs du monde.