Naufrage d'un chalutier au large de Dieppe

Après un incendie à bord, un navire de pêche a sombré en pleine nuit.

Le Scaramouche en feu dans la nuit du 11 au 12 mai 2021. Photo prise  par le remorqueur d'intervention et d'assistance au sauvetage Abeille Languedoc affrété par la Marine Nationale.
Le Scaramouche en feu dans la nuit du 11 au 12 mai 2021. Photo prise par le remorqueur d'intervention et d'assistance au sauvetage Abeille Languedoc affrété par la Marine Nationale. © Marine Nationale

Le Scaramouche est un des bateaux de pêche à la coquille Saint-Jacques du port de Dieppe. C'est un chalutier en bois construit en 1987 et long de 14 mètres.
Hier soir (mardi 11 mai 2021) c'est à 21h45 qu'il a émis un message de détresse alors qu'il se trouvait à environ 37 kilomètres au large de Dieppe.

Incendie à bord

Dans ce message, capté par le CROSS-Gris-Nez (centre opérationnel régional de surveillance et de sauvegarde), le Scaramouche explique qu'un incendie s'est déclaré à bord, au niveau de la passerelle.

La situation est si critique que les quatre membres d’équipage mettent à l’eau leur radeau de survie et évacuent le navire.

Sauvetage de l'équipage dans la nuit

Le CROSS engage alors le Vulcain (le bâtiment-base des plongeurs démineurs) qui est en mer à proximité de la zone et diffuse une alerte radio. Quatre navires de pêche (Marie Galante, Arc en ciel III, Fer de lance et Majesty) sont à proximité et rallient la zone.

Vers 22h00, les navires de pêche arrivent sur zone. Les quatre membres d’équipage sont récupérés sains et saufs par le Majesty et leur radeau par l'Arc en ciel. Les membres d'équipage sont ramenés au port de Dieppe le mercredi 12 mai à 00h44.

Le Scaramouche coule

Pendant le sauvetage de l'équipage, le feu continue de se propager à bord du bateau dieppois. Pour tenter d'intervenir à bord et d'envisager un éventuel secours, le CROSS engage le remorqueur l'Abeille Languedoc qui, malheureusement, ne peut qu’informer le CROSS du naufrage du navire de pêche Scaramouche.

Aucune pollution n’a été détectée lors du naufrage, ni de débris en surface.
Pour signaler l’épave afin d’éviter tout sur-accident, un avis urgent aux navigateurs (AVURNAV) a été  émis par le centre des opérations maritimes (COM) de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

 Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie maritime.

La préfecture maritime rappelle que  "Si vous êtes victime ou témoin d'un événement de mer, composez le 196 ou transmettez l'information sur VHF canal 16 pour prévenir les secours en mer."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers pêche économie