Nouveau en Seine-Maritime : une usine de traitement de l'eau potable qui élimine les pesticides

Entre Rouen et Forges-les-Eaux, trois intercommunalités du Pays de Bray ont fait le choix de lutter contre la pollution de l'eau avec une nouvelle usine de traitement et une connexion avec d'autres réseaux de distribution.
 

La salle des machines de l'usine de traitement de l'eau potable de Montérolier (Seine-Maritime)
La salle des machines de l'usine de traitement de l'eau potable de Montérolier (Seine-Maritime) © Didier Meunier / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Dans le Pays de Bray, à l'est du département de Seine-Maritime, une pollution de l'eau potable était récurrente. Des études menées au début des années 2010 avaient permis de constater la présence de l'atrazine, un herbicide utilisé par les agriculteurs, la SNCF et les particuliers.

Alertés par l'agence régionale de santé, les élus locaux avaient alors décidé d'agir via le syndicat intercommunal d'adduction d'eau potable et d'assainissement des "Trois Sources" (Cailly, Varenne et Béthune). Un organisme à but non lucratif qui gère l'alimentation en eau de 33 communes et 21.000 habitants.

Les élus ont décidé la construction d'une nouvelle usine de traitement située à Montérolier, entre Buchy, Saint-Saëns et Neufchâtel-en-Bray. Mise en service le 25 juillet 2020, elle permet d'éliminer (de façon naturelle) les pesticides et herbicides.

C'est juste physique : il n'y a aucun produit chimique, il n'y a rien d'ajouté : l'eau arrive sur des grains de charbons actifs.
L'eau percole sur le charbon actif qui vient capter les éléments polluants de l'eau."

Gilles Desloges, directeur des territoires de SAUR, exploitant de l'usine de traitement de l'eau de Montérolier

durée de la vidéo: 01 min 33
VIDEO : une usine pour éliminer les pesticides de l'eau potable à l'est de Rouen. Reportage : Frédéric Nicolas et Didier Meunier (montage : Xavier Robert)


Solidarité avec d'autres syndicats

Cette nouvelle usine de Montérolier permet aussi au syndicat des "Trois sources" de venir en aide aux autres secteurs du département qui subissent ponctuellement des problèmes qui rendent l'eau non potable, comme c'est le cas chaque année avec le phénomène de "turbidité". Des connexions de réseau ont été réalisées afin de permettre d'envoyer de l'eau vers les communes qui en ont besoin.

Aujourd'hui il faut éviter qu'un forage soit isolé.
L'idée c'est celle de grandes autoroutes de l'eau. Demain il y a, par exemple, un problème vers Dieppe, eh bien on est capable d'envoyer de l'eau vers Dieppe !
Et au lieu de distribuer des bouteilles, on utilise les vannes pour apporter de l'eau potable."

Georges Molmy, président du syndicat pour l'eau et l'assainissement SIAEPA-Les 3 Sources

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement ruralité société pays de bray nature