"Du lait, des ferments et c'est tout" ! Quand les yaourts sont une source de revenus pour les agriculteurs

Agriculteur dans le pays de Caux, Philippe Savale a misé sur la transformation de son lait à la ferme, pour augmenter ses revenus. En fabriquant ses propres yaourts, il valorise sa production, et augmente le prix de son litre de lait.

Comment faire face à la crise agricole ? À la ferme du Vieux Puits à Pissy-Pôville en Seine-Maritime, on a du lait, et des idées ! Fatigué de se battre contre les transformateurs et les industriels qui ne rémunèrent pas le prix du lait à sa juste valeur, Philippe Savale a décidé de diversifier ses activités. Sur son exploitation de 85 hectares sont élevées une soixantaine de vaches laitières, ainsi que quelques veaux et moutons.

Ma petite entreprise

Pour mettre en avant sa production, la famille Savale avait déjà installé il y a cinq ans une petite épicerie, appelée "Mon P'tit commerce", pour vendre des produits fermiers, et particulièrement la production de viande de l'exploitation.

Il y a quelques mois, une nouvelle idée a germé. La start'up "J'achète fermier" est venue leur proposer une collaboration. L'entreprise loue aux fermiers (déjà une dizaine en France), des micro-ateliers mobiles de transformation du lait, tout en accompagnant l'exploitant. "Ils nous aident logistiquement, mais aussi pour le cahier des charges, l'amélioration des recettes, et ce qui concerne l'innovation" explique Philippe Savale.

Un projet vertueux et militant, qui est censé bénéficier autant à l'agriculteur qu'au consommateur. L'exploitant a dû investir 30 000 euros pour sa "yaourterie mobile", mais l'enjeu est déjà payant.

durée de la vidéo : 00h01mn42s
Quand les yaourts sont une source de revenus pour les agriculteurs. ©France 3 Normandie

Du lait, des ferments et c'est tout !

"C'est juste du lait, pas de poudre de lait, du lait des ferments et c'est tout" se félicite Philippe Savale. Peu de choses donc, mais un rendu très satisfaisant.

Ces yaourts-là, ça me permet d'augmenter mon prix du lait, d'avoir un prix réel, et de vivre de mon métier. Et en plus on crée un emploi sur l'exploitation

Philippe Savale, chef d'exploitation à la Ferme du Vieux-Puits à Pissy-Pôville (76)

à France 3 Normandie

Un emploi dont a déjà profité son épouse Christelle. "Ça me permet de travailler sur la ferme avec mes proches, et de vendre les yaourts au magasin qui est ouvert le vendredi et samedi. C'est une bonne valorisation je pense".

Bientôt 50 000 litres de lait transformés par an

La ferme fabrique déjà 10 000 yaourts par semaine, et projette de transformer 50 000 litres de lait par an. "J'achète fermier" s'occupe de la distribution de 80% de ces petits desserts nature ou aromatisés. Le reste est vendu sur place à la ferme, ou dans quelques épiceries voisines.

Philippe Savale ambitionne à terme de faire passer le prix de son litre de lait de 40 à 60 centimes. Et de faire de sa ferme, une petite entreprise où chaque membre de la famille aura sa place.

Christelle a déjà rejoint l'aventure, Philippe imagine déjà créer des emplois à ses deux filles, actuellement étudiantes en lycée agricole,

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité