Fécamp : un couple jugé pour avoir laissé leur chien sans eau ni nourriture

Une audience s'est tenue vendredi 12 novembre 2021 au tribunal judiciaire du Havre pour juger un couple qui aurait fait subir de mauvais traitements pendant deux mois à leur animal.

Les faits reprochés à ce couple vivant à Fécamp remontent à l’hiver dernier. De décembre à janvier, ces trentenaires auraient laissé leur chienne âgée de 5 ans sans eau ni nourriture.

L’animal de type "Dogue de Bordeaux croisé Rottweiler" était enfermé dans une pièce de la maison qu’ils venaient de déménager. La police a été prévenue par les voisins et a trouvé la chienne le 24 janvier 2021 dans un état de maigreur avancée. A leur arrivée, ils ont découvert un simple panier en plastique sans couverture et des gamelles vides. Le sol très sale était jonché d’excréments séchés et moisis.

À sa libération, la chienne s’est précipitée sur la neige afin de se désaltérer.

Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux »

 

La bête a été confiée au refuge d’Etretat et a pu être prise en charge juste à temps par un vétérinaire.

L'association Stéphane LAMART s’est portée partie civile pour la défense de la chienne. Elle est engagée depuis plus de 20 ans dans la protection animale. 

Concernant cette affaire, le jugement a été rendu le 26 novembre 2021. Les prévenus ont été condamnés à la peine de sanction-réparation avec obligation d'indemniser les parties civiles dans un délai de 6 mois et si tel n'est pas le cas, l'homme est condamné à 6 mois de prison et la femme à 3 mois de prison.

Le Tribunal a ordonné la confiscation de l'ensemble des animaux détenus par les prévenus et l'interdiction de détenir des animaux pendant 5 ans. Ils ont été condamnés également à 150 € d'amende chacun pour l'infraction concernant la détention de chien catégorisé.

Sur les intérêts civils, ils ont été condamnés à régler solidairement la somme de 500 € de dommages-intérêts outre 500 € au titre des frais judiciaires à l’association Stéphane LAMART et pareil à la Société Nationale pour la Défense des Animaux (SNDA). Ils devront également verser 1 000 € de dommages et intérêts et 500 € en compensation des frais d’avocat au refuge d’Etretat.

Très active dans ce combat, elle avait obtenu en octobre la somme de 1.000 € de dommages-intérêts en réparation du préjudice moral dans l’affaire du couple condamné pour avoir pendu leur chien à un arbre dans l’Eure.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité