Grand-Couronne : Saipol écope d’une amende pour manquement à la sécurité

Le site de la métropole rouennaise spécialisé dans la fabrication de biocarburants s’est vu infliger par le préfet une amende 6 000 euros en plus de pénalités journalières.

Motifs : une présence trop importante de poussières de céréales dans l’air et un défaut de contrôle des températures

L'usine Saipol de Grand-Couronne se voit infliger une amende
L'usine Saipol de Grand-Couronne se voit infliger une amende

La sanction émane d’un arrêté préfectoral paru le 20 avril dernier.

3 mois après la visite de la DREAL, direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement sur le site industriel de Grand Couronne.

Une usine classée Seveso seuil bas, spécialisée dans la production d’huiles raffinées, de diester et de tourteaux.

Des tourteaux de céréales dont « le niveau d’empoussièrement du magasin tourteaux » était selon les inspecteurs de la DREAL « encore plus élevé que lors de la précédente visite d’inspection »

Des poussières qui, si elles sont respirées en grande quantité, peuvent s’avérer dangereuses au contact d’une source de chaleur.

« l’absence de nettoyage régulier que ce soit au niveau du magasin tourteaux, de la bande transporteuse des cellules métalliques est de nature à favoriser la survenance d’une explosion dans ces secteurs » 

arrêté préfectoral du 20 avril

L'usine Saipol de Grand-Couronne
L'usine Saipol de Grand-Couronne

Autre anomalie soulevée par la DREAL : la surveillance de la température des tas de tourteaux.  

L'entreprise faisait déjà l'objet d'une mise en demeure depuis juillet pour ces mêmes raisons.

« Les céréales stockées en tas peuvent fermenter et s'auto-échauffer. Il convient donc de surveiller rigoureusement leur température pour déceler à temps un début d'auto-échauffement, de manière à pouvoir stopper plus facilement celui-ci. Lors de la visite, il avait été constaté que la rigueur du suivi de température laissait à désirer. »

arrêté préfectoral du 20 avril

En plus de s’acquitter de son amende de 6 000 euros, Saipol risque également des pénalités journalières de 600 euros tant que les manquements ne sont pas résolus.

Des sanctions auxquelles Saipol a réagi cet après-midi :

« Un nettoyage de la parcelle 3 fois par semaine a été mis en place dans l’attente d’un investissement dans une centrale d’aspiration industrielle qui permettra de remédier au problème dans les prochains mois »

service communication Saipol - 28 avril

Actuellement Saipol serait désormais passée à un relevé quotidien des températures pour limiter les risques.

Cela devrait conduire prochainement à une levée complète de l’astreinte

L’entreprise a 2 mois pour contester ces sanctions auprès du tribunal administratif de Rouen.

Saipol a déjà du faire face à des incendies

Saipol avait le 13 mars dernier du faire face à un incendie qui avait touché l’unité 1 d’estérification destinée à mélanger huile et alcool pour produire des additifs pour le biodiesel. Le feu avait été rapidement maîtrisé, et n'avait fait aucune victime.

L’entreprise avait du faire évacuer ses 500 salariés avant la mise en place d’un périmètre de sécurité.

Avant cela, en février 2013, un autre incendie s'était déclaré dans un réservoir destiné au stockage de poussières résiduelles de la fabrication du diester.

L'usine Saipol de Grand-Couronne
L'usine Saipol de Grand-Couronne

Plus récemment, en 2018, la société détenue par le groupe Avril avait cette fois été touchée par un accident dramatique sur son site de Dieppe où suite à une explosion, 2 personnes avaient perdu la vie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie environnement