Après le collage d'une affiche sur sa pharmacie, Agnès Firmin-Le Bodo dépose plainte pour diffamation

L'ex-ministre de la Santé Agnès Firmin-Le Bodo a annoncé sur X (ex-Twitter), samedi 20 janvier 2024, son intention de porter plainte après le collage d'une affiche sur sa pharmacie. Lundi 22 janvier, le procureur de la République du Havre confirme qu'elle a déposé plainte pour diffamation.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Aux petits plaisantins qui ont souhaité décorer ma pharmacie… Suis disponible pour des cours de géographie ! Mais pour info, plainte sera déposée…" a écrit sur X (ex Twitter) l'ex ministre de la Santé, Agnès Firmin-Le Bodo (Horizons), samedi 20 janvier 2024. 

Lundi 22 janvier 2024, Bruno Dieudonné, procureur de la République du Havre, a confirmé à France 3 Normandie qu'Agnès Firmin-Le Bodo a déposé plainte pour diffamation.

VIDEO. Interrogée par nos soins au Havre, la pharmacienne explique elle a voulu déposer plainte :

durée de la vidéo : 00h01mn07s
Agnès Firmin-Le Bodo dépose plainte ©FTV

Le projet d'autoroute A69 mentionné

Son officine est située au Havre, en Seine-Maritime, mais l'affiche mentionne le projet d'autoroute A69 entre Toulouse et Castres. "Firmin - Le Bodo – État Macroniste, projet autoroutier A69, laboratoires Pierre Fabre, la MafiaA69… Carnavalisons-la", peut-on lire sur l'affiche.

Plusieurs actions ont été menées par des militants écologistes contre ce nouvel axe routier ces derniers mois. L'affiche cite aussi les laboratoires Pierre Fabre, dont le siège social est situé à Castres. L'entreprise est à l'origine de ce projet d'autoroute. 

Déjà des menaces de mort en 2022

En janvier 2022, c’est en sa qualité de députée de la Seine-Maritime qu’elle avait déposé plainte après avoir reçu des menaces de mort.

Pour rappel, Agnès Firmin-Le Bodo a été entendue par la police judiciaire et la DGCCRF, mardi 9 janvier, dans le cadre d'une enquête sur les cadeaux des laboratoires Urgo aux pharmaciens. L'ex-ministre est soupçonnée d'avoir reçu 20 000 euros de cadeaux entre 2015 et 2020, d'après les révélations de Mediapart.