Au Havre, des services d'urgence privés fermés faute de médecins urgentistes

Durant le week-end des 11 et 12 septembre, les urgences de la clinique des Ormeaux et de l'Hôpital privé de l'Estuaire ont dû fermer. On vous explique pourquoi.

Lorsque deux services d'urgence privés ferment le temps d'un week-end, c'est tout l'accueil des malades au Havre qui se trouve perturbé. Le dimanche 12 septembre, les urgences de la clinique des Ormeaux et l'Hôpital privé de l'Estuaire ont été contraintes de fermer leurs portes en raison d'un manque de médecin urgentiste. Si la situation reste heureusement exceptionnelle, le phénomène menace la Pointe de Caux depuis plusieurs années. La limitation du nombre de personnes formées à l'échelle nationale se trouve aggravée par le manque d'attractivité de la région havraise pour les personnels soignants.

Depuis quelques mois, l'ordre des médecins applique une loi qui existe et qui fait que les médecins urgentistes mais généralistes non qualifiés, n'ont plus le droit de travailler la nuit. Nous avons des difficultés à trouver les praticiens qualifiés pour pouvoir assurer les journées de 24 heures."

Bertin Njinou-Ngninkeu, Directeur de la Clinique des Ormeaux

Au Havre, l'hôpital privé cherche des médecins urgentistes © édition France 3 Baie de Seine

Cette fermeture des urgences privées a pesé sur le système de soins de l'ensemble de la région havraise. Ainsi la maison médicale a vu le nombre de visites exploser. 

Le dimanche, on a eu un afflux de patients. Heureusement, on a pu mettre un troisième médecin. La grosse difficulté, c'est si ces services d'urgences hospitalières privés s'arrêtaient de travailler le samedi dans la journée, les dimanches ou les jours fériés, puisqu'à ces moments-là, ils ont une forte activité."

Jean-Luc Duménil, médecin de garde à la Maison médicale du Havre

Au Havre, la situation serait encore aggravée par le manque de suivi médical régulier. Près de 20% des habitants n'a pas de médecin traitant. En cas de maladie, ils n'ont souvent pas d'autre choix que de se rendre aux urgences.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine santé société