• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Au Havre : deux jeunes femmes condamnées pour avoir infligé 6 heures de calvaire à une victime âgée de 18 ans

Tribunal Correctionnel du Havre / © France 3 Normandie
Tribunal Correctionnel du Havre / © France 3 Normandie

Le tribunal correctionnel du Havre a jugé vendredi 7 septembre deux jeunes femmes pour des faits de séquestrations et  violences ayant eu lieu dans la nuit du 28 au 29 août 2018. Elles ont été condamnées à plusieurs mois de prison.  
 

Par VA avec Eric Proença-Pina

Le Tribunal Correctionnel du Havre jugeait ce vendredi 7 septembre deux jeunes femmes en comparution immédiate. Interpellées le 3 septembre, elles ont été jugées pour des faits de séquestrations et violences. Elles ont été condamnées à 12 et 10 mois d'emprisonnement dont 8 mois avec sursis.

VIDEO / LE REPORTAGE DE FRANCE 3 NORMANDIE (Eric Proença-Pina et Bruno Belamri) 


Rappel des faits
Agées de 18 et 19 ans, les deux prévenues ont fait subir 6 heures de calvaire à une autre jeune femme car celle-ci aurait couché avec l'ex petit ami de l'une des agresseuses.
Dans la soirée du 28 août 2018, au Havre, la jeune victime a été enfermée dans un appartement puis rouée de coups, des séquences filmées et diffusées via le réseau Snpachat.

Elle sera ensuite amenée dans le quartier de l'Eure pour être humiliée face à un groupe de garçons, dont l'ex petit-ami en question. La soirée se finira dans un parc, où la jeune victime, âgée de 18 ans, sera de nouveau frappée. Le médecin légiste a relevé de très nombreuses blessures et prescrit 6 jours d'incapacité totale de travail.

Comparution immédiate

Ce guet-apens a été organisé par 3 jeunes femmes, seules les deux majeures ont été jugées en comparution immédiate. La troisième, encore mineure, sera jugée devant le Tribunal pour enfants.
L'un des agresseuses a reconnu 10 coups de poing et 4 coups de genoux et l'autre 2 claques et une chute.

Pour ces faits de séquestration, violences en réunion et diffusion sur internet, le procureur a requis 14 et 10 mois d'emprisonnement dont plusieurs mois de sursis et de mise à l'épreuve.
Le tribunal correctionnel les a condamnées hier soir à 12 et 10 mois d'emprisonnement dont 8 avec sursis. Toutes deux ont l'interdiction de contacter leur victime et la co-auteure des faits, elles font également l'objet d'une obligation de soins et obligation de formation ou travail. L'une est étudiante et l'autre salariée dans la restauration rapide.



 

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus