EN IMAGES. Transat Jacques Vabre : Thomas Ruyant et Morgan Lagravière à nouveau sacrés en Imoca

Déjà vainqueurs en 2021, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière ont remporté ce dimanche 19 novembre en Martinique la 16e édition de la Transat Jacques Vabre à bord de leur Imoca dernière génération.

Partis du Havre le 7 novembre, le tandem à la barre du voilier For People est arrivé à Fort-de-France après 11 jours 21 heures et 32 minutes de course. Le duo Ruyant-Lagravière termine donc grand vainqueur de cette Transat Jacques Vabre avec cette arrivée en plein milieu de la nuit, à 2h02 précisément. 

durée de la vidéo : 00h00mn09s
L'arrivée de Thomas Ruyant et Morgan Lagravière. ©Stéphane L'Hôte / France Télévisions

Un doublé pour Thomas Ruyant

Pour le navigateur nordiste Thomas Ruyant, 42 ans, cette victoire est synonyme de doublé sur la "Route du Café". Un exploit qui a fait couler quelques larmes de joie sur les joues du Dunkerquois à l'arrivée : "c'était pas simple de la gagner une fois et ouais de la regagner une deuxième fois, c'était encore un super moment..." lâche-t-il dans un sanglot d'émotion. 

Champions incontestés de cette course vers la Martinique, les deux skippers ont pu savourer cette deuxième victoire dans la baie de Fort-de-France, après une performance éprouvante, comme vous le racontent, dans ce reportage, nos deux journalistes envoyés sur place : Isabelle Ganne et Stéphane L'Hôte. 

durée de la vidéo : 00h01mn44s
Les skippers Thomas Ruyant et Morgan Lagravière ont remporté la Transat Jacques Vabre dans la catégorie IMOCA. ©Isabelle Ganne - Stéphane L'Hôte


Pour Thomas Ruyant, cela représente aussi un record inédit en course au large, avec ce triplé Transat Jacques Vabre 2021 (également avec Morgan Lagravière), Route du Rhum 2022 (en solitaire), et Transat Jacques Vabre 2023. Alors que le Dunkerquois est déjà le seul marin à avoir remporté une victoire en transat à bord de tous les supports monocoques de course au large (Mini 6,50, Figaro, Class40 et IMOCA). Bref, le navigateur de tous les superlatifs lorsqu'il s'agit de manoeuvrer au milieu des alizés de l'Atlantique. 

Objectif : Vendée Globe

Mais le skipper ne compte pas s'arrêter là. Son IMOCA, "For People", mis à l'eau en mars dernier et qui avait eu besoin de repasser par la case chantier cet été, a été conçu pour cette transat mais aussi et surtout pour le Vendée Globe. Pour Thomas Ruyant, la voilà la ligne de mire : s'attaquer désormais au défi immense de remporter ce tour du monde à la voile pour la première fois, après avoir terminé 6e lors de la dernière édition 2020/2021. 

Une belle bataille pour la 2e place 

"On ne pouvait pas la gagner". De leur propre aveu, Yann Eliès et Yohan Richomme (Paprec-Arkéa) arrivés 2e, reconnaissent que cette année encore le duo Ruyant-Lagravière était trop fort avec, à l'arrivée, plus de 4h d'avance sur leurs poursuivants. 

Mais derrière eux, la bataille a été rude pour la 2e place. Paprec-Arkéa n'a en effet franchi la ligne d'arrivée qu'avec 9 petites minutes d'avance sur "For The Planet", l'IMOCA skippé Sam Goodchild et Antoine Koch (appartenant à la même équipe que Ruyant-Lagravière : "We Sail For People and For The Planet"). Une bagarre jusque dans les derniers miles nautiques à l'approche de la Martinique. "On a eu chaud aux fesses!" s'est exclamé Yann Eliès sur le ponton à l'arrivée. 

durée de la vidéo : 00h00mn58s
Arrivée de Paprec Arkéa et For The Planet en Martinique, pour la fin du podium IMOCA de la Transat Jacques Vabre. ©Isabelle Ganne - Stéphane L'Hôte

Des IMOCA toujours plus technologiques, et toujours plus rapides. Dans le trio de tête, ces navires ont réalisé une traversée de l'Atlantique à une vitesse moyenne d'environ 19 noeuds avec des pointes à plus de 35.

Des bateaux qui "ne touchent plus l'eau" 

Des performances qui continuent d'étonner, y compris chez les marins qui naviguent à leur bord : "ça y est, c'est des sensations de multicoques, glisse Yann Eliès, dès que tu prends la barre, t'as l'impression que ça vole, que le bateau ne touche plus l'eau" avant de rendre hommage à ses adversaires:

On parle beaucoup des bateaux mais faut aussi parler des équipages. Antoine (Koch) et Sam (Goodchild), ils mènent les bateaux au même niveau que Thomas (Ruyant) le faisait en solitaire voire peut être même mieux donc faut pas tout remettre sur les machines. Je crois que les équipages qui sont devant, ils ont des bonnes machines, mais ce sont avant tout les meilleurs équipages.

Yann Eliès, Skippeur de l'IMOCA "Paprec-Arkéa

A l'heure où nous écrivons ces lignes, Jérémie Beyou et Franck Cammas (Charal) sont eux aussi arrivés en Martinique, un peu avant 18h heure française. Trois autres IMOCA sont en approche de Fort-de-France et franchiront la ligne d'arrivée dans la soirée. Il s'agit d' "Initiatives Coeur", "Teamwork.net" et "Malizia-Seaexplorer". 

La compétition bat toujours son plein chez les Class40

Rappelons que les 40 Imoca engagés dans la course devaient initialement s'élancer le 29 octobre à l'assaut de l'Atlantique, mais ils étaient restés à quai un peu plus d'une semaine en raison des tempêtes Ciaran et Domingos.

Quant aux Class 40  toujours pas de vainqueur dans cette catégorie. La flotte s'est séparée en deux groupes. La majorité a choisi une option sud pour rallier la Martinique. D'autres, moins nombreux, ont pris par le nord, comme Ian Lipinski et Antoine Carpentier sur "Crédit Mutuel". 

durée de la vidéo : 00h01mn21s
Le Class40 Crédit Mutuel, en plein coeur d'une mer démontée ©Transat Jacques Vabre

Pour l'instant, difficile de savoir qui a pris l'option gagnante, tant les bateaux en tête de ces deux pelotons sont virtuellement au coude à coude en termes de distance de la ligne d'arrivée. 

Les plus rapides devraient franchir cette dernière en milieu de semaine prochaine en Martinique.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité