• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Havre : des agents municipaux soupçonnés d'avoir détourner plus de 320.000 euros

© F3 Centre-VDL
© F3 Centre-VDL

Quatre personnes ont été mises en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour le détournement de plusieurs centaines de milliers d'euros provenant de recettes de parkings municipaux au Havre (Seine-Maritime), a-t-on appris mercredi auprès du parquet du Havre.

Par MR/AFP

Elles sont soupçonnées d'avoir détourner des recettes de parking au Havre. Les faits présumés auraient été commis entre 2009 et 2014.    

Quatre personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire pour détournement par personnes dépositaires d'une mission de service public", a indiqué à l'AFP le procureur François Gosselin. Le montant du préjudice n'est pas déterminé et le chiffre divulgué est une évaluation qui devra être vérifiée", a précisé le procureur.

 

L'affaire a démarré en 2014 à la suite d'un audit interne à la mairie. La ville a déposé plainte constatant des anomalies. Le préjudice est évalué à 321.000 euros", a déclaré une source proche du dossier.

L'ancien régisseur a été mis en examen en 2015. Les trois autres l'ont été après une nouvelle vague de gardes à vue menée en novembre 2018. Les suspects sont âgés entre 35 et 61 ans. Ces malveillances ont été rendues possibles par le fait d'une désorganisation du service. Les mis en cause piochaient dans les caisses de certains parkings en maquillant leur forfait par des jeux d'écriture. Un de leurs axes de défense était que les machines étaient défectueuses, ce qui, après expertise, a été contredit.

Entre 400 et 600 euros par mois pour chaque agent

Selon nos confrères de France Bleu Normandie, le système était bien rodé. Des billets et des pièces étaient prélevés dans une caisse et la somme manquante était remplacée par de l'argent prelevé dans plusieurs autres caisses, pour essayer de masquer la supercherie. Parmi les six personnes mises en examen, cinq nient catégoriquement les faits. Un seul a reconnu avoir touché entre 400 et 600 euros par mois pendant trois ans.

A lire aussi

Sur le même sujet

Stéphane Bern lance les Journées du patrimoine - septembre 2019

Les + Lus