Incendie mortel au Havre : une suspecte arrêtée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Myriam Libert (avec R. Plumet)

Un homme et une femme ont perdu la vie dans la nuit de vendredi à samedi dans le violent incendie qui a ravagé un immeuble du Havre.  Les pompiers sont restés à pied d'oeuvre toute la nuit. Une personne habitant l'immeuble a été placée en garde à vue. 

L'incendie s'est déclaré vers 20 heures vendredi soir (28 août 2020) au deuxième étage d'un immeuble du centre ville du Havre, situé 176 rue du Maréchal Joffre (près du Rond-Point, à l'extrémité de la rue Aristide Briand).

Deux morts 

Rapidement surt place, et en dépit d'un gros dispositif d'intervention (lire plus bas), c'est dans les combles du bâtiment que les pompiers ont découvert les corps de deux personnes, un homme de 42 ans et une femme de 26 ans.

Une suspecte arrêtée

Dès les premières constatations effectuées sur les lieux du sinistre, l'enquête de la police débutait et la piste criminelle (ou du moins celle d'un incendie volontaire) n'était pas écartée.

Samedi, on apprenait qu'une femme habitant les lieux avait été interpellée puis placée en garde à vue.
Ce lundi matin (31 août 2020) le commissariat du Havre donnait, dans un tweet, des précisions sur  cette affaire en indiquant que "suite aux investigations pugnaces des enquêteurs de la police nationale de Seine-Maritime, l'auteure de l'incendie mortel de l'immeuble de la rue Aristide Briand du Havre a été interpellée et écrouée."

L'incendiaire présumée, une femme trentenaire, a été mise en examen.

Incendie volontaire

Un peu  plus tard dans la journée, Cyrille Fournier, le procureur de la République adjoint du Havre, indiquait à l'AFP qu'une femme de 36 ans (placée en garde à vue samedi à 2h00 du matin) a été mise en examen et écrouée dimanche soir "pour destruction d'un bien par incendie ayant entraîné la mort".

Le procureur a précisé que "les explications données par la jeune femme pour justifier son geste restent assez floues. Elle aurait volontairement mis le feu à une pile de linge avant de quitter les lieux"

La femme, au casier judiciaire vierge, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

    

Importants moyens de secours 

L'intervention des secours a nécessité la présence d'une cinquantaine de pompiers, 26 engins, trois lances à incendie, un drone et une caméra thermique. Les opérations de sécurisation des lieux ont duré jusqu'à 7 heures ce samedi matin.

Deux policiers, un pompier et un habitant de l'immeuble ont été légèrement intoxiqués par les fumées. Neuf personnes ont été relogées, certains par les services municipaux, d'autres ont trouvé des solutions personnelles.

L'immeuble sinistré est connu au Havre pour avoir été l'Hôtel du Cheval Bai, situé près du rond point où était installé le quartier général des Forces Françaises de l'Intérieur à la Libération en septembre 44. 
Une enquête menée par la sûreté urbaine du Havre est en cours pour déterminer les circonstances du drame, mais aussi pour mettre au jour d'éventuels conflits de voisinage.
Une personne habitant l'immeuble a été placée en garde à vue samedi soir, à priori prolongée ce dimanche.