Le Havre : huit personnes arrêtées après la blessure d'un policier lors d'une manifestation en janvier 2020

Quatre dockers figurent parmi les personnes interpellées. Les faits remontent au 15 janvier 2020. Un commissaire de police avait eu un doigt arraché par un "gros pétard".
© France 3 Normandie
Huit personnes dont quatre dockers ont été interpellées le lundi 23 novembre et une information judiciaire a été ouverte à la suite de la mutilation d'un policier lors d'une manifestation au Havre remontant à janvier 2020.

Une information judiciaire est en cours notamment pour des violences volontaires sur dépositaire de l'autorité publique et dégradations. Des interpellations ont eu lieu ce jour [le 23/11/20 ndlr]"

Pascal Prache, procureur de la République de Rouen

Selon une source policière havraise, huit personnes ont été interpellées, "toutes dans la mouvance CGT", dont quatre dockers. Selon cette même source, l'information
judiciaire est ouverte à Rouen notamment pour "violences sur une personne dépositaire de l'autorité publique suivie de mutilation ou infirmité permanente".
 

Un policier victime d'un doigt arraché

Le 15 janvier 2020, un commissaire de police avait eu un doigt arraché alors qu'il protégeait la chambre de commerce et d'industrie du Havre à l'occasion d'un rassemblement contre la réforme des retraites. Un "commissaire, présent à l'intérieur de la CCI, a reçu un pétard, type bombe agricole, sur la main. Notre collègue est mutilé à vie, il a perdu deux phalanges.
Il souffre aussi d'une fracture au majeur et au pouce", avait alors détaillé à l'AFP Laurent Dugast, syndicaliste Alternative CFDT police en Normandie. Selon lui, un deuxième commissaire avait été "projeté au sol par la déflagration" et avait souffert d'acouphènes.
Le secrétaire du syndicat CGT dockers au Havre Johann Fortier avait déclaré: "On est désolé qu'il y ait un blessé mais on n'y est pour rien. C'est un accident. Il n'y a eu chez nous aucune intention de blesser quelqu'un avec des pétards".     "

C'est faire un raccourci un peu rapide que d'accuser les dockers. On n'est pas des casseurs. On est les plus nombreux donc on est visible. Mais il y avait des centaines de manifestants."

Johann Fortier, secrétaire CGT dockers du Havre (en janvier 2020)

Dans la soirée du 16 janvier le ministre de l'Intérieur de l'époque Christophe Castaner avait, sur Twitter, condamné "sans réserve l'acte inqualifiable qui a grièvement blessé
un de nos commissaires de Police nationale au Havre".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine police société sécurité justice manifestation économie social