• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Havre : des lycéens brandissent des armes factices devant deux professeurs

© Capture Google Streetview
© Capture Google Streetview

L'information est rendue publique 22 jours après. Trois élèves du lycée Schumann-Perret ont exhibé des armes factices devant leurs professeurs, un 4e filmait la scène. L'agression d'une enseignante à Créteil a incité le proviseur havrais à signaler ces faits à la Justice.

Par S. Callier et Agence France Presse


Jeudi 4 octobre, dans un couloir du lycée Schuman, des élèves ont brandit des armes factices devant deux professeurs. Un autre filmait et diffusait cette provocation sur les réseaux sociaux. Ils ont 16 ans. L'information a été révélée par nos confrères du Parisien.

Le procureur de la République du Havre précise :

"A ce stade, je ne pense pas que l'on puisse parler d'une agression violente. Nous sommes plutôt face à un comportement inapproprié",  "les professeurs visés ne s'étaient pas sentis menacés".

Les explications de Félix Bollez et Eric Proença-Pina
 
Le Havre : des lycéens brandissent des armes factices devant deux professeurs


Une histoire d'abord réglée en interne

L'agression filmée d'un autre professeur, le 18 octobre à Créteil, a montré la montée de la violence contre les enseignants dans les écoles. Sur Twitter les témoignages des professeurs ont déferlé avec le mot-clés "Pas de vague". Ils ont dénoncé la tendance de leurs directions à minimiser les agressions et aussi l'impunité.

Le proviseur du lycée Schuman a signalé le 22 octobre au Parquet du Havre les faits remontant du 4 octobre. 

D'après l'Agence France Presse, des armes factices ont été saisies lors de perquisitions. Les quatre jeunes ont été placés en garde-à-vue et remis en liberté. Ils comparaitront devant le juge pour enfants en décembre.
 
L'arme factice dans le code pénal

Brandir un pistolet en plastique, cacher sous sa veste un objet qui ressemble à une arme pour menacer quelqu'un, braquer avec un  pistolet qui n'est pas chargé.

 Cela ne change rien dans le code pénal.
 
Ce qui compte, c'est la menace qui est exercée sur la victime. Sa perception de la situation. 

"Est assimilé à une arme tout objet qui, présentant avec l'arme définie au premier alinéa une ressemblance de nature à créer une confusion, est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser ou est destiné, par celui qui en est porteur, à menacer de tuer ou de blesser."

article 132-75 (code pénal. Légifrance)

 

La réaction du rectorat de Rouen


"Le Recteur de la Région académique Normandie apporte son soutien au proviseur, avec lequel il s’est entretenu à plusieurs reprises, et aux professeurs concernés ainsi qu’à l’ensemble du personnel du lycée Schuman-Perret.

Les services du rectorat ont également procédé à un signalement auprès du procureur de la République.

Le proviseur a engagé depuis son arrivée en septembre 2018 un travail sur le climat scolaire et a sensibilisé tous les membres de la communauté scolaire sur ce sujet. Un accompagnement du rectorat est également mis en place afin de rétablir rapidement des conditions de travail favorables pour tous et pour la réussite des élèves."


( extrait du communiqué du 26 octobre 2018)

Sur le même sujet

Basket : la belle soirée de Rouen Métropole

Les + Lus