Ils ont pris le train d'avant, des voyageurs en conflit avec le contrôleur SNCF : "Comme s'il parlait à des chiens"

Une altercation entre trois usagers et un contrôleur SNCF a éclaté, dimanche, lors de la liaison Yvetot-Paris. Remonté, l'un d'entre eux a exprimé sa colère sur les réseaux sociaux. L'occasion d'éclaircir la réglementation des TER et Trains NOMAD qui relient Paris à la Normandie.

Une opération de contrôle qui tourne au vinaigre. Dimanche 29 octobre 2023, alors qu'il souhaitait rejoindre Paris depuis Yvetot, Nicolas, a vécu une situation que de nombreux voyageurs normands ont sûrement déjà expérimentée à bord des TER et Trains NOMAD.

Le train de 16h35 au lieu de 18h35

"Nous avons pris le train de 16h35 au lieu de celui prévu à 18h35, que nous avions initialement réservé." Un changement de programme assez commun au premier abord, mais qui n'a pas été facile.

"Nous nous sommes adressés à un premier agent au guichet, qui nous a confirmé que c'était possible mais que nous devrions sûrement payer la différence tarifaire auprès du contrôleur dans le train, relate le client de Seine-Maritime, accompagné de son compagnon et de sa belle-sœur . Une fois à bord, ça ne s'est pas passé comme prévu."

Assis sur des strapontins pour "ne pas occuper la place de quelqu'un qui a réservé", Nicolas et ses proches interpellent le contrôleur SNCF, sans succès. Ce n'est que quelques minutes plus tard que la situation s'envenime.

"Lors de son opération de contrôle, il nous a traités de menteur et s'est adressé à nous comme s'il parlait à des chiens ! Il nous a menacés d'appeler la police !"

Nicolas Martin

À France 3 Normandie

Un comportement agressif des clients, selon la SNCF

Le lendemain, Nicolas toujours indigné explique que "selon le contrôleur, on ne s'était pas signalés et nous devions payer une amende de 66 euros par personne, alors que notre billet nous avait coûté 24 euros chacun." Un conflit  confirmé par le rapport de l'agent, que la SNCF a en partie partagé à France 3 Normandie : "notre agent à bord du train et celui au guichet ont évoqué un comportement agressif de la part des clients. Ils ont refusé de payer un supplément au guichet et à bord du train."

Une situation assez floue qui mérite des explications pour tous les voyageurs entre Paris et la Normandie. " Depuis janvier 2020, les TER et Trains NOMAD sont à réservation systématique, décrypte la directrice relations territoriales SNCF en charge de la Normandie. Nous nous sommes adaptés aux besoins des usagers qui n’avaient pas toujours leur place assise et se plaignaient d'un confort insuffisant."

Seuls les trains CITI ou "Billet Tempo" sont flexibles

Les billets pour ces trains à horaire déterminé doivent donc être achetés au guichet, auprès d'un automate en gare, sur le site ou l'application SNCF Connect. Le tarif varie en fonction du taux de remplissage "comme pour les TGV et les avions."  Trois trajets sont donc concernés :

  1. Celui qui Cherbourg à Paris, en passant par Caen, Lisieux, Bernay et Evreux.
  2. Celui au départ du Havre, qui s’arrête à Yvetot et Rouen avant d’arriver à Paris.
  3. Celui entre Granville et Paris.

Afin de bénéficier d'un tarif peu élevé sur les trajets directs, appelés Chrono Plus, il faut anticiper ou posséder une carte Avantage (jeune, adulte ou sénior) afin de bénéficier d'une réduction. Mais attention, aucune d'entre elles n'offre plus de flexibilité.

Seuls les trains CITI ou "Billet Tempo" restent accessibles à n’importe quel moment de la journée. "Ce sont des voyages entre Rouen et Paris qui durent plus longtemps [1h50] et il n'est pas garanti d'avoir une place assise."

Pour rappel, les passagers dont le billet ne correspond pas au trajet effectué sont passibles d'une amende forfaitaire de 66 euros. Quant à Nicolas et sa famille, ils ont préféré descendre à Rouen pour prendre le train prévu à 18h35 et éviter tout conflit supplémentaire.