SNCF : trajets rallongés, climatisation, arrêts supplémentaires, ce qui va changer cet été dans les trains en Normandie

La SNCF a présenté ce jeudi 22 juin 2023 son nouveau plan d'actions pour la période estivale . Quels sont les changements majeurs et comment vont-ils impacter les usagers des trains sur le réseau ferroviaire normand ? On fait le point.

Les équipes du groupe SNCF Réseau en Normandie l'annoncent : la fréquentation des trains sur le réseau normand sera importante en juillet et en août. Dès l'ouverture des ventes estivales au printemps, 218 000 billets ont été achetés par des voyageurs.

"2022 a été notre année record. Pour l'instant, l'état actuel des ventes pour l'été nous montre qu'on enregistre une hausse de 10% du nombre de voyageurs qui ont acheté un billet par rapport à l'an dernier. On anticipe donc un été avec une fréquentation encore plus forte" se félicite Grégoire Forgeot d'Arc, directeur régional des lignes Normandie SNCF. 

Plus de voyageurs à bord des trains donc. Mais à quoi ressemblera le trafic ferroviaire en Normandie cet été, période souvent tendue en raison des vacances scolaires ?

Des trains et des arrêts supplémentaires

Entre le 10 juillet et le 14 août, la SNCF assure que les voyageurs entre Paris et la Normandie bénéficieront d'une offre améliorée par rapport à 2022. Avec notamment "100% des TER qui circuleront le week-end et 93% en semaine". 

"Cinq trains supplémentaires sur l'axe Rouen / Paris, Caen / Paris et Deauville-Trouville / Paris seront également proposés ainsi que des arrêts supplémentaires entre Paris et Caen sur deux trains et entre Mantes et Vernon sur douze trains" a précisé, ce jeudi 22 juin, Grégoire Forgeot d'Arc, lors d'une conférence de presse en gare de Caen. 

Des temps de trajet allongés

La SNCF ne parle pas ici de retards mais de temps de trajet allongés sur tous les trains cet été.

Cet allongement des voyages s'explique par la densité des trains (TER, transilien et Fret) qui circuleront sur les mêmes rails. En cause : les aménagements réalisés en Ile-de-France pour le prolongement du RER E jusqu'à Nanterre-la-Folie, qui dévient l'ensemble des trains sur les mêmes voies transiliennes. 

Les temps de trajets seront rallongés entre 20 et 40 minutes selon les itinéraires. 

Des actions pour ne pas subir une éventuelle canicule

L'été 2023 s'annonce très chaud. Pour éviter que d'éventuels épisodes caniculaires ne perturbent la circulation des trains, la SNCF assure avoir mis en place des mesures préventives. 

"Nous préparons spécialement notre matériel pour les périodes de fortes chaleurs. On mène des opérations spécifiques pour cela en particulier pour tous les mécanismes qui visent à refroidir les moteurs, les ventilateurs et aussi un travail spécifique sur les climatisations pour que les voyageurs puissent avoir de l'air frais en cas de fortes chaleurs à l'extérieur" indique le directeur régional des lignes normandes chez SNCF. 

"On craint des retards par manque de rames"

La SNCF semble avoir anticipé les problèmes occasionnellement rencontrés en 2022 sur le réseau pour tenter au mieux de "garantir la bonne continuité des circulations ferroviaires et le confort des voyageurs". 

Mais l'Union des usagers du Paris-Cherbourg (UDUPC) reste "vigilante" sur de futurs retards supplémentaires. 

"Quand il n'y a pas d'imprévus, tout se passe bien. Mais le problème, c'est que le parc ferroviaire normand reste sous dimensionné", s'inquiète Pierre Dumont, Président de l'association de défense des usagers de la ligne SNCF Paris-Cherbourg. "La SNCF n'est jamais à l'abri d'un problème technique sur une rame ou même une collision avec un animal qui pourrait nécessiter de la maintenance. Or, derrière, il y a un risque de ne plus avoir assez de rames pour assurer la circulation normale" .